NOUVELLES
17/06/2015 00:44 EDT | Actualisé 16/06/2016 01:12 EDT

NBA - LeBron James, beaucoup de points pour rien

"Je suis le meilleur joueur du monde": personne n'osera contredire LeBron James après sa fantastique finale 2015, mais si "King James" a replacé Cleveland au premier plan, il a terminé la saison mardi les mains vides.

A peine la sirène avait-elle retenti que "King James" avait déjà quitté le parquet.

Le double champion NBA et quadruple MVP n'a pas caché son énorme déception et n'a pas voulu assister à la remise du trophée aux Golden State Warriors, vainqueurs du match N.6 105 à 97.

La désillusion est d'autant plus forte pour le "kid" d'Akron, drafté par Cleveland en 2003 et revenu dans l'Ohio l'été dernier, qu'il a sans doute disputé la meilleure finale de sa carrière.

Depuis le 4 juin, James, 30 ans, a tenu à bout de bras ses Cavaliers, bien tendres et inexpérimentés, comme le prouvent ses statistiques.

Le N.23 des Cavaliers s'est encore distingué du commun des mortels de la NBA.

Lors des trois premiers matches, il a marqué un total de 123 points, plus qu'aucun joueur dans l'histoire qu'ils se nomment Michael Jordan, Magic Johnson ou Kobe Bryant.

Il a fini les deux semaines de la finale avec un total de 215 points et une moyenne affolante de 35,8 points par match.

- 'Un leader fantastique' -

On pourrait ajouter ses deux "triple double" qui lui ont permis d'en totaliser six en six finales, dont cinq successives.

Cette finale restera surtout marquée par la disproportion des forces entre les Warriors au collectif impressionnant d'un côté et l'omniprésence de LeBron James, seul ou presque de l'autre.

Cleveland a disputé cette finale sans Kevin Love, forfait depuis la demi-finale de conférence, et Kyrie Irving, victime d'une fracture de la rotule gauche lors du match N.1.

James a compensé à lui seul ces absences et a poussé ses coéquipiers à croire qu'il pouvait remporter le titre, ce que personne ou presque hors Cleveland n'envisageait.

Plutôt que de les intimider ou de leur reprocher les erreurs, James a réussi à en obtenir le meilleur à l'image de Matthew Dellavedova, doublure de Kyrie Irving.

"Cette équipe est une équipe de revanchards, de joueurs en qui on n'a pas cru. On ne croit plus en nous, mais on va montrer ce dont on est capables", avait-il espéré après le match N.2 remporté par Oakland.

"Tout le monde a pu voir que LeBron était un joueur extraordinaire, mais il est devenu un fantastique leader pour cette équipe", a admiré son entraîneur David Blatt

"Il a tout fait, tout donné pour qu'on décroche ce titre, il doit être fier de sa saison", a conclu le coach des "Cavs".

jr/amd