NOUVELLES
17/06/2015 07:07 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Les institutions qui "ferment la porte" aux migrants ont besoin du "pardon" de Dieu (François)

Le pape François a mis en cause mercredi tous ceux, gouvernements ou individus, qui "ferment les portes aux migrants", invitant les catholiques à "demander pardon à Dieu" en leur nom.

"Je vous invite tous à demander pardon (à Dieu) pour les personnes et institutions qui ferment les portes à ces gens qui cherchent une famille, qui veulent être protégés", a-t-il déclaré lors de l'audience générale sur la place Saint-Pierre, qui rassemble des dizaines de milliers de fidèles.

Dans un appel qui ne visait aucun pays ou institution en particulier, mais qui intervient dans un contexte de tensions dans l'Union européenne, et entre la France et l'Italie sur la question de l'immigration, François a évoqué "tant de nos frères et soeurs qui cherchent refuge loin de leurs terres, qui veulent une maison où vivre sans peur, pour que soit respectée leur dignité".

"J'encourage le travail de ceux qui leur apportent de l'aide et j'espère que la communauté internationale agira de manière conjointe et efficace pour prévenir les causes des migrations forcées", a-t-il ajouté, alors que son encyclique "Laudato si'" sur la défense de l'environnement, qui sera publiée jeudi, évoque la responsabilité humaine dans les désastres climatiques qui provoquent pauvreté, guerres et migrations massives.

Les pays de l'Union européenne sont en désaccord sur les modalités d'accueil des immigrés syriens, érythréens et autres, qui affluent à travers la Méditerranée. L'Italie, en première ligne, a demandé à ses partenaires, et en premier lieu à la France, de faire un effort accru d'accueil.

jlv/ob