NOUVELLES
17/06/2015 16:36 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

L'employée de la prison avait envisagé de demander aux évadés de tuer son mari

PLATTSBURGH, États-Unis - Une employée d'une prison à sécurité maximale de l'État de New York accusée d'avoir aidé deux meurtriers à s'évader de l'établissement avait envisagé de les embaucher pour tuer son mari, a affirmé, mercredi, un procureur de district.Le procureur Andrew Wylie a déclaré, en conférence de presse, que Joyce Mitchell avait discuté avec les détenus Richard Matt et David Sweat d'un complot de meurtre impliquant son mari, Lyle.Joyce et Lyle Mitchell sont tous deux à l'emploi de l'établissement correctionnel Clinton à Dannemora, près de la frontière canadienne. Richard Matt et David Sweat se sont enfuis de la prison vieille de 170 ans le 6 juin.La police de l'État a élargi ses recherches pour retrouver les détenus au-delà d'un secteur de forêts, de champs et de marécages d'environ 40 kilomètres carrés où la chasse à l'homme a été la plus intense jusqu'à maintenant. La police a accentué les patrouilles et parcourait des centaines, voire des milliers, de résidences saisonnières et de camps de chasse dans la région.Des responsables ont indiqué que le nombre d'agents impliqués dans les recherches avait été réduit de plus de 800, plus tôt dans la semaine, à environ 600 mercredi. À Dannemora, la lourde présence policière en place depuis plus d'une semaine était pratiquement disparue, mardi, et les barrages routiers entourant la ville ont été retirés.La police de l'État a dit mercredi ne pas avoir de «preuves tangibles» pouvant laisser croire que Richard Matt et David Sweat ont été en mesure de quitter le secteur. Mais elle a prévenu que l'absence d'indices en ce sens ne signifiait pas que les détenus étaient à proximité de la prison.David Sweat, 35 ans, purgeait une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle pour le meurtre d'un shérif adjoint. Richard Matt, 48 ans, purgeait une peine de prison à vie avec possibilité de libération conditionnelle après 25 ans pour l'enlèvement, la torture et le démembrement de son ancien patron.Joyce Mitchell est accusée d'avoir aidé les meurtriers à s'évader en leur fournissant des lames de scie et d'autres outils. Elle a reçu la visite de son mari en prison, mardi.Les procureurs affirment qu'elle avait convenu de secourir en voiture les deux détenus, avant de changer d'avis car elle aimait encore son mari et se sentait coupable de participer à la manoeuvre.