NOUVELLES
17/06/2015 07:47 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Jordan Spieth vise un 2e titre majeur

Vainqueur du Tournoi des maîtres, Jordan Spieth visera, à compter de jeudi, la victoire à l'Omnium des États-Unis.

Le numéro un mondial Rory McIlroy poursuivra la même ambition, tandis que Tiger Woods aborde la deuxième tournoi du grand chelem de l'année dans la plus grande incertitude.

La 116e présentation de l'Omnium des États-Unis, sur le redoutable parcours de Chambers Bay, à Tacoma (nord-ouest de l'État de Washington), va peut-être marquer l'avènement d'un nouveau et durable duel au sommet du golf mondial.

Depuis le début de l'année, Spieth, 21 ans, accumule les bons résultats avec deux victoires, trois 2e places et neuf top 10 lors des 16 tournois du circuit PGA qu'il a disputés.

« Gagner le Tournoi des maîtres a changé ma vie en dehors des parcours, mais quand je suis en compétition, je ne me sens pas différent. Je ne me vois comme la nouvelle sensation américaine, a insisté le numéro 2 mondial. Mon objectif cette semaine est de répliquer ce que j'ai fait il y a deux mois. »

Spieth aura un atout non négligeable sur ce parcours, créé en 2007, que beaucoup de joueurs découvrent : son cadet Michael Greller est originaire de Tacoma, « ce qui va m'aider dans mon élan », a-t-il souligné.

Son principal adversaire devrait être Rory McIlroy, qui a déjà remporté quatre titres majeurs dans sa carrière, dont deux en 2014 (Omnium britannique, Championnat de la PGA).

Le Nord-Irlandais de 26 ans a rappelé qu'il était « le meilleur joueur du monde » et qu'il avait « remporté plus de titres majeurs qu'aucun autre joueur lors des quatre-cinq dernières années ».

Depuis début 2015, il a signé deux victoires sur le circuit de la PGA et a terminé à la 4e place du Tournoi des maîtres. Mais sa confiance a pris un coup avec des éliminations dès le second tour à ses deux dernières compétitions sur le circuit européen.

« Dans un monde idéal, j'aurais préféré ne pas rater les parcours du week-end de ces deux épreuves, mais c'est le golf de haut niveau. Les semaines ne se rassemblent pas », a-t-il rappelé. Je peux gagner l'Omnium américain pour la deuxième fois de ma carrière et décrocher un cinquième titre majeur. La pression est moins forte ici qu'à Augusta, c'est vraiment appréciable. »

Woods a des choses à prouver

Le troisième acteur principal est Tiger Woods. Pas parce qu'il peut viser le titre, mais parce qu'il attend toujours un résultat de référence depuis 2013.

Il n'est pas à son meilleur. Il y a dix jours, il a rendu une carte catastrophique de 85 lors du troisième tour du Memorial, la pire de sa carrière. Rien pour l'inquiéter toutefois.

« J'ai connu des périodes de haut et de bas dans ma carrière, il faut, pour en venir à bout de cette mauvaise période, continuer à faire ce que je fais, » a confié le joueur aux 14 titres majeurs.

Woods ne s'est plus imposé dans un tournoi du grand chelem depuis l'Omnium des États-Unis 2008, mais il reste persuadé qu'il peut toujours enlever les honneurs d'un tournoi de ce niveau et avoir le dessus sur la jeune garde.

« Je joue plus qu'en 2014, je suis enfin en bonne santé, mon dos me permet de voir l'avenir sereinement », a-t-il insisté.

Il abordera son 19e Omnium des États-Unis avec un rang au classement mondial (181e) indigne de son statut. « J'ai encore beaucoup de choses à améliorer et à accomplir. »