DIVERTISSEMENT
16/06/2015 06:22 EDT | Actualisé 17/06/2015 10:04 EDT

30e Gala des prix Gémeaux: c'est le début d'un temps nouveau

Radio-Canada

Le retour au bercail des Aetios, Productions J et Groupe TVA, qui n’inscrivaient pas leurs émissions aux Gémeaux depuis des années, change profondément le portrait des mises en nomination du 30e gala par rapport à l’an dernier.

Dévoilée mardi, la liste des finalistes de la prochaine grande fête du petit écran est exhaustive, n’oublie personne (on compte 816 finalistes dans 95 catégories!) et représente beaucoup plus fidèlement ce qu’a été la télévision québécoise de la dernière année. Rappelons que la célébration sera animée par Véronique Cloutier et Éric Salvail, le 20 septembre.

Unité 9 reçoit enfin son dû après trois ans à l’antenne avec 15 mentions mais, devant Marie Lamontagne et ses codétenues se hissent au tableau d’honneur la famille Lapointe de Nouvelle adresse, avec 17 citations. Les beaux malaises de Martin Matte partent pour leur part favoris en étant nommés 18 fois.

Sinon, 19-2 récolte 14 nominations, 30 vies se démarque 13 fois, En thérapie revient à 12 reprises, et Le berceau des anges et Mensonges 2 pourraient monter sur le podium de remerciements une dizaine de fois.

Chose qui n’aurait pas été possible en 2014, L’été indien de Julie Snyder s’impose en étant évoqué 4 fois. Le Gala Artis (3), Le tricheur (3), J.E (2), La voix (2), Vol 920 (2), Accès illimité (1), Fort Boyard (1), Le Banquier (1), Salut, Bonjour! (1) et Testé sur des humains (1) comptent aussi au nombre des nouveaux venus, qui pourraient modifier le panorama des gagnants.

Ceux qu’on surnommait «les dissidents» sont donc récompensés: au total, Aetios retire 28 nominations, Productions J en dénombre 9 et TVA Productions s’en tire avec une douzaine de présences.

«It’s about time!, s’est exclamé Micheline Lanctôt, nommée dans la catégorie Meilleur rôle de soutien féminin: série dramatique annuelle, pour son interprétation d’Élise dans Unité 9. Pas pour moi personnellement, mais je trouvais que c’était dommage pour tous les artisans de la série, les acteurs et l’équipe technique. Et pour toutes les autres productions de Fabienne (Larouche), c’était dommage aussi.»

Fabienne Larouche a pour sa part précisé avoir «fait la paix» avec tout le processus. Quant à Richard Speer, président de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision (ACCT), qui a orchestré la «grande réconciliation» des Gémeaux, l’édition 2015 de l’événement sera celle de la sérénité.

«On est très satisfaits de la façon dont ça s’est passé. Tout le monde était là avec une ouverture et voulait que ça fonctionne», s’est réjoui le producteur, qui a assuré que d’autres révisions seraient apportées en cours de route pour continuer de consolider le système de votation.

Preuve que les changements apportés ont attiré plus de gens, l’ACCT a reçu cette année 1646 inscriptions en vue des Gémeaux, une hausse de 15% par rapport à l’année dernière. Qu’arrivera-t-il si de l’insatisfaction se fait encore sentir au matin du 21 septembre prochain, et que des producteurs ou artisans décrient encore l’organisation des Gémeaux?

«Moi, j’invite les gens à nous dire ce qu’ils n’aiment pas, mais à arriver avec des solutions, aussi, a proposé Richard Speer. Je demande aux gens d’être conciliants ; ça ne sera peut-être pas parfait la première année, mais on cherche à ce que ça soit meilleur. En étant réaliste, aucun système n’est parfait. Que ce soit les Oscars, les Golden Globes, quand il y a un jury et un système de vote, des gens siègent et ont des choix à faire…»

Pas trop de nostalgie

Or, peu importe qui l’emportera ou ne l’emportera pas, le 30e gala des prix Gémeaux s’annonce déjà drôle et dynamique, avec son duo d’animateurs, Véronique Cloutier et Éric Salvail, qui a du mal à tenir en place, une taquinerie n’attendant pas l’autre (https://quebec.huffingtonpost.ca/2015/02/10/30-prix-gemeaux-veronique-cloutier-eric-salvail_n_6654766.html). Certes, on s’attardera un brin aux trois dernières décennies, édition-anniversaire oblige, mais Véro et Éric n’ont pas l’intention de passer la soirée à ressasser des souvenirs.

«Ça ne sera pas beaucoup nostalgique, a indiqué Véronique Cloutier. C’a beaucoup été fait à la télévision, dans les dernières années. J’ai animé les 25 ans des Gémeaux, le Gala Artis vient de fêter son 30e ; on a l’impression que c’a déjà été fait. On a envie d’aller ailleurs.»

«On veut que ça soit dans le gala, mais que ça ne soit pas la couleur du gala, que ça ne soit pas seulement teinté d’archives de Bobino et de Capucine», a renchéri Éric Salvail.

«On va rester modernes, en 2015. Mais c’est sûr qu’il y aura des références au 30e anniversaire. Ça donne un terrain de jeu assez extraordinaire, 30 ans de télévision…», a anticipé celui qui, après près de 20 ans de carrière, décroche ses toutes premières nominations aux Gémeaux à titre d’animateur, grâce à En mode Salvail et aux Recettes pompettes.

Le fait que plus personne ne boude l’ACCT apportera aussi un angle différent aux réjouissances. Véronique Cloutier, qui a piloté cinq galas des prix Gémeaux en solo, de 2008 à 2011, a souvent été forcée de marcher sur des œufs, d’éviter des gags qui auraient pu être drôles, question de ne frustrer personne et de ne pas alimenter les conflits internes. Cette époque est désormais révolue.

«On avait souvent des idées pour mettre certaines séries en valeur, s’est remémoré Véro. Parce que le gala, c’est d’abord pour le public qui nous regarde, à la maison. Mais on devait se priver de grosses émissions, avec des vedettes que le public aime, parce qu’il y avait de la chicane, et qu’on ne devait pas parler de telle ou telle production. Moi, j’ai terminé en 2011 et, l’année d’après, en 2012, Unité 9 est arrivée; j’étais bien contente de ne pas être «pognée» avec ça! C’était délicat de faire des sketchs sur des émissions qui n’étaient pas inscrites. Maintenant, on n’a plus de contraintes, on a un terrain de jeu complet.»

Signalons qu’aucun prix spécial, comme le Grand Prix de l’Académie, ne sera remis aux Gémeaux cette année, en raison du 30e anniversaire de la remise de trophées, et de la télévision qu’on souhaite honorer au sens large. Les statuettes hommages devraient être réintégrées en 2016.

Les festivités des 30e Gémeaux se déclineront en cinq volets: la Soirée des artisans et du documentaire aura lieu le 18 septembre, l’Avant-première se tiendra le 20 septembre, en après-midi, et le gala explosera dans nos télévisions le 20 septembre, en soirée, à Radio-Canada. Il sera précédé d’un tapis rouge animé par Herby Moreau et Claudine Prévost, et suivi d’un Après-gala sur ARTV.

Voici quelques-uns des finalistes du 30e Gala des Prix Gémeaux. Pour consulter la liste complète, consultez le www.acct.ca.

Les principales catégories :

Meilleure série dramatique saisonnière

19-2

Le berceau des anges

Mensonges

Nouvelle adresse

Toute la vérité

Meilleure série dramatique annuelle

Au secours de Béatrice

Mémoires vives

O'

Unité 9

Yamaska

Meilleure série dramatique quotidienne

30 vies

En thérapie

Meilleure comédie

La théorie du K.O.

Les beaux malaises

Les Parent

Les pêcheurs

Un sur 2

Meilleur premier rôle masculin : série dramatique saisonnière

Claude Legault (19-2)

Réal Bossé (19-2)

Éric Bruneau (Mensonges)

Sylvain Marcel (Mensonges)

Émile Proulx-Cloutier (Toute la vérité)

Meilleur premier rôle masculin : série dramatique annuelle

Gabriel Arcand (Au secours de Béatrice)

Guy Nadon (O')

Stéphane Demers (O')

François Papineau (Unité 9)

Denis Bernard (Yamaska)

Meilleur premier rôle masculin : comédie

Rémi-Pierre Paquin (La théorie du K.O.)

Martin Matte (Les beaux malaises)

Raphaël Grenier-Benoit (Les Parent)

Martin Petit (Les pêcheurs)

Claude Legault (Un sur 2)

Meilleur premier rôle féminin : série dramatique saisonnière

Marianne Fortier (Le berceau des anges)

Fanny Mallette (Mensonges)

Macha Grenon (Nouvelle adresse)

Hélène Florent (Toute la vérité)

Julie Le Breton (Toute la vérité)

Meilleur premier rôle féminin : série dramatique annuelle

Sophie Lorain (Au secours de Béatrice)

Marie-Thérèse Fortin (Mémoires vives)

Marie Tifo (O')

Maxim Roy (O')

Guylaine Tremblay (Unité 9)

Meilleur premier rôle féminin : comédie

Julie Le Breton (Les beaux malaises)

Anne Dorval (Les Parent)

Sophie Desmarais (Mon ex à moi)

Anick Lemay (Toi & moi)

Céline Bonnier (Un sur 2)

Abonnez-vous à notre page sur Facebook HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo
«Unité 9»: la finale de la saison 2
Voyez les images