NOUVELLES
17/06/2015 11:04 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Fifa/Corruption: un entrepreneur recherché par le FBI prépare sa défense au Brésil

Recherché par le FBI pour fraude et blanchiment d'argent dans le scandale Fifa, l'entrepreneur José Margulies se trouve au Brésil où il prépare sa défense pour éviter son extradition aux Etats-Unis, a indiqué le cabinet d'avocats qui le représente.

Margulies, d'origine argentine mais naturalisé brésilien depuis plus de 40 ans, a demandé un "habeas corpus" préventif pour être protégé par les lois locales qui empêchent les citoyens d'être jugés à l'étranger à moins que les délits soient antérieurs à leur changement de nationalité.

Le recours présenté par le cabinet Almeida Avocats à la Cour suprême de justice a été rejeté parce que le Brésil n'a pas encore reçu de demande formelle d'extradition des autorités américaines.

"José Natalio Margulies figure sur la liste des personnes recherchées diffusée par Interpol et il est de l'intérêt des Etats-Unis de l'arrêter (...) Toutefois, il n'existe aucun registre de demande d'extradition, ni de demande de prison à des fins d'extradition qui aient été effectivement acheminées" au Brésil, a déclaré le magistrat de la Cour suprême Gilmar Mendes dans texte qui rejette l'habeas corpus.

Cet entrepreneur de 75 ans qui réalise la plus grosse partie de ses activités hors du Brésil apparaît sur le site internet - avec une photo - du FBI. Il est recherché "pour association de malfaiteurs, fraude électronique et blanchiment d'argent".

Mais rien de cela n'a été communiqué au Brésil pour l'instant.

"C'est pourquoi la Cour suprême n'a pas octroyé l'habeas corpus. Margulies est à Sao Paulo. Il est tranquille et il attend. Il n'y a rien d'autre à faire", a déclaré à l'AFP l'avocate Tatiana Criscuolo Vianna, en charge du dossier.

Principal actionnaire de Valente Corp. et Somerton Ltd, Margulies est impliqué dans l'enquête qui a secoué la Fifa et a déclenché une série d'arrestations en Suisse. Sept élus de la Fifa, dont l'ancien président de la Fédération brésilienne José Maria Marin, sont toujours incarcérés en Suisse dans l'attente d'une extradition vers les Etats-Unis.

La crise a provoqué la démission de Joseph Blatter, quelques jours après sa réélection à la présidence de la Fifa pour un cinquième mandat.

dw/cdo/hdz/mam