NOUVELLES
17/06/2015 06:57 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Eurogroupe: élection du président en juillet, Dijsselbloem et De Guindos en lice

L'élection du futur patron de la zone euro aura lieu en juillet, a annoncé mercredi l'actuel tenant du poste, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, à la veille d'une réunion des ministres des Finances des 19 pour essayer de débloquer le dossier grec et éviter au pays un défaut de paiement.

"Je vais proposer à l'Eurogroupe de procéder à l'élection de son président en juillet. La Grèce requiert toute l'attention", a indiqué sur son compte Twitter M. Dijsselbloem. Une réunion de ce cénacle se tient jeudi à Luxembourg.

Outre M. Dijsselbloem, candidat à sa propre succession, le poste de chef de l'Eurogroupe est brigué par le ministre espagnol des Finances, Luis De Guindos.

Les deux hommes ont rendu publique mardi leur lettre de candidature en vue d'une discussion jeudi à l'Eurogroupe, qui aurait pu déboucher directement sur un vote. La prochaine réunion est prévue à Bruxelles le 13 juillet.

M. Dijsselbloem part avec un avantage, car il occupe ce poste depuis janvier 2013 et est fortement impliqué dans la gestion de la crise grecque. Il a succédé au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker qui occupait ce poste depuis la création de l'euro.

Après des débuts difficiles avec la crise chypriote notamment, M. Dijsselbloem a démontré son savoir-faire lors des négociations poussives sur l'union bancaire, puis a usé de ses talents de diplomate pour maintenir le dialogue avec Athènes. Il sera jugé à l'aune du succès ou non des négociations avec la Grèce, qui risque le défaut de paiement si elle ne rembourse pas le FMI fin juin.

L'Espagne estime qu'obtenir la présidence de l'Eurogroupe serait une reconnaissance "de l'effort réalisé par l'ensemble de la société (espagnole) et du tournant réalisé grâce aux réformes" dans la quatrième économie de la zone euro.

La candidature de M. De Guindos avait reçu le soutien appuyé de la chancelière allemande Angela Merkel à l'été 2014, au moment où Madrid tablait sur un départ anticipé de Jeroen Dijsselbloem de la tête de l'Eurogroupe.

may/cel/ros