NOUVELLES
17/06/2015 00:25 EDT | Actualisé 16/06/2016 01:12 EDT

"Echanges d'idées" entre Israël et le Hamas sur une trêve à Gaza (source palestinienne)

Israël et le Hamas ont noué des contacts indirects pour "échanger des idées" sur une trêve à long terme dans la bande de Gaza, ont indiqué mardi des sources au sein du mouvement islamiste palestinien.

Ces contacts ont eu lieu grâce à des intermédiaires arabes et européens en vue de consolider un cessez-le-feu informel qui a mis fin en août dernier à une guerre de 50 jours menée par l'armée israélienne qui a ravagé la bande de Gaza.

"Il y a eu des contacts indirects entre Israël et le Hamas, des messages qui ont été transmis par des canaux arabes et européens et des sources turques", a indiqué une de ces sources à l'AFP en parlant "d'échange indirect d'idées".

L'existence de contacts a été confirmée de sources israéliennes.

la trêve actuelle négociée par l'entremise de l'Egypte a pris effet le 26 août. Elle prévoyait une reprise de contacts indirectes durant le mois suivant afin de parvenir à un cessez-le-feu durable et à des discussions sur les principaux sujets en suspens. Mais ces discussions n'ont jamais repris.

"Nous sommes prêts à un accord. Le Hamas veut régler les problèmes à Gaza", a affirmé une des sources tout en insistant sur le fait que ces contacts étaient purement formels et qu' n'y avait pas d'initiative ou de proposition sur la table.

"Le Hamas a reçu des émissaires européens à Gaza et à Doha (au Qatar) qui ont transmis des messages de la part d'Israël", a ajouté cette source.

"Nous avons reçu plusieurs envoyés mais il ne s'agit pas de discussions officielles. Ce sont des idées indirectes et des communications", a-t-on ajouté de même source en faisant état de l'implication de responsables de l'ONU et de membres du Parlement européen.

Interrogé sur des contacts indirects avec le Hamas, une source israélienne a confirmé que des discussions ont eu lieu.

"Il y a des contacts avec l'Egypte et d'autres acteurs sur un allégement du blocus et l'entrée dans la bande de Gaza de matériel de construction en échange du calme", a affirmé cette source.

"Mais le Hamas a des difficultés à contrôler le Jihad Islamique et d'autres organisations", a ajouté cette source en faisant allusion aux tirs sporadiques de roquettes vers Israël par de petites organisations salafistes en vue de défier le Hamas.

Des hauts responsables du Hamas ont également rencontré à Doha des responsables Qataris.

Selon la source palestinienne, les discussions ont porté sur un accord d'une durée de cinq à dix ans ainsi que sur l'exigence du Hamas d'une levée du blocus israélien autour de la bande de la bande de Gaza et de l'ouverture d'un passage maritime entre la bande de Gaza et le reste du monde.

Cette source n'a pas précisé si d'autres mouvements palestiniens tel le Fatah, dirigé par le président Mahmoud Abbas étaient associés à ces discussions.

Mardi, Nabil Abou Roudeina porte-parole du président Abbas a pour sa part affirmé dans un communiqué qu'une trêve à long terme serait la bienvenue, mais qu'elle ne devait pas intervenir "aux dépens de l'unité de la nation et du peuple" palestinien.

"Toute trêve doit avoir pour objectif de mettre fin aux souffrances de notre peuple et ne doit pas avoir comme prix une remise en cause du consensus national palestinien", a ajouté le porte-parole.

La guerre à Gaza a coûté la vie à près de 2.200 Palestiniens dont une majorité de civils selon les chiffres de l'ONU. Du côté israélien le nombre de morts s'est élevé à 73, pour la plupart des soldats.

az-hmw/jlr/tll