NOUVELLES
17/06/2015 08:04 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Des policiers rappelés à l'ordre

Plusieurs agents de la Régie intermunicipale de police Richelieu Saint-Laurent affectés à la circulation sont retournés à la maison après avoir atteint leur quota de contraventions, mais bien avant la fin de leur quart de travail. Une situation tolérée par leur employeur.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet

Selon ce que Radio-Canada a appris, après avoir atteint leur quota de contraventions fixé par l'employeur, en 2013-2014, au moins sept patrouilleurs à la circulation auraient pris l'habitude de retourner à la maison, plusieurs heures avant la fin de leur quart de travail régulier. 

Un de leurs collègues, qui souhaite que son identité soit protégée, soutient que des collègues travaillaient cinq heures, puis vaquaient à des occupations personnelles.

Une deuxième source confidentielle a confirmé ce stratagème.

Des heures supplémentaires controversées

Des policiers à la circulation se seraient aussi présentés au travail lors de leur journée de congé et auraient réclamé davantage d'heures supplémentaires qu'ils n'en faisaient en réalité. Selon nos informations, des policiers donnaient leur prestation minimale de service en deux ou trois heures, puis repartaient à la maison après avoir déclaré avoir travaillé six heures. Beaucoup d'heures supplémentaires auraient été facturées pendant cette période de deux ans.

La Régie intermunicipale de police Richelieu Saint-Laurent réagit

Des policiers auraient été suivis brièvement par un employé de la Régie intermunicipale de police Richelieu Saint-Laurent. Sa présidente est au courant du problème depuis décembre 2014, mais elle donne très peu de détails parce que le futur directeur de police de la Régie devra faire la lumière sur ce qui s'est passé.

La présidente déclare que, pour l'instant, il ne s'agit que d'allégations.

Un rappel à l'ordre

La situation a été corrigée en début d'année et des policiers ont reçu des directives, mais aucune sanction n'a été prise par le conseil d'administration de la Régie. La Fraternité des policiers et policières de Richelieu Saint-Laurent a refusé de commenter le dossier. Le nouveau directeur de police de la Régie doit rencontrer le syndicat des policiers dans les jours suivant son entrée en fonction.