NOUVELLES
17/06/2015 02:14 EDT | Actualisé 18/06/2015 10:39 EDT

Des sites web du gouvernement fédéral ciblés par une cyberattaque (VIDÉO)

Les sites Internet du gouvernement fédéral sont à nouveau accessibles, après une cyberattaque revendiquée par Anonymous qui aura duré quelques heures.

« En aucun moment des informations personnelles n'ont été compromises », a expliqué en fin de journée le ministre de la Sécurité publique Steven Blaney.

Le ministre conservateur a rappelé au passage que son gouvernement a mis sur pied une stratégie de lutte contre les cyberattaques en 2010 et qu'il a réinvesti d'autres montants pour ce projet dans le budget 2015.

Le gouvernement souhaiterait créer « un système de cyberprotection nationale ».

« Il n'y a aucune justification pour s'attaquer à la propriété publique en notre pays. Il y a plusieurs moyens d'exprimer, par des voies démocratiques, son point de vue. »

Steven Blaney, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

L'opposition officielle est toutefois sceptique face aux investissements du gouvernement en matière de cybersécurité. La porte-parole adjointe en matière de sécurité publique du NPD, Rosane Dorée Lefebre, explique que les derniers montants investis à ce sujet ne suffisent qu'à « faire du rattrapage ».

« On est un peu les cancres en ce qui a trait à la cybersécurité. On est les derniers élèves dans le fond de la classe », critique-t-elle.

Cyberattaque revendiquée par Anonymous

Plusieurs sites Internet du gouvernement fédéral avaient été ciblés. Le président Conseil du Trésor, Tony Clement, a parlé notamment de ceux du Sénat, du ministère de l'Industrie, des Travaux publics ou des services aux citoyens, sans fournir cependant de liste complète.

L'ampleur de l'attaque était en fait impossible à déterminer, car l'achalandage des différents sites varie.

Selon Tony Clement, l'attaque serait du type déni de service distribué (DDoS). Il s'agit d'un type d'attaque très courant et rudimentaire, qui consiste à inonder un réseau de requêtes, afin de l'engorger et de le paralyser.

La cyberattaque a touché le serveur des sites du gouvernement, mais aussi le service des courriels.

Elle a été revendiquée par le groupe Anonymous dans une vidéo publiée sur YouTube, pour protester contre la loi antiterroriste C-51 qui a été adoptée en mai.

Le gouvernement enquête présentement sur cette attaque et ses auteurs.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Cybercrime: les 20 villes les plus à risques au pays Voyez les images