NOUVELLES
17/06/2015 06:24 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Cuba: avancées dans le rapprochement avec l'UE malgré des points "sensibles"

Les négociations pour un rapprochement entre l'Union européenne et Cuba progressent, a confirmé mercredi une source européenne à Bruxelles, mais il reste du "travail" sur "des sujets plus difficiles, plus sensibles", comme les droits de l'homme, avant de pouvoir signer un accord.

Profitant de la dynamique crée par le rapprochement avec les Etats-Unis, la Havane et Bruxelles espèrent conclure avant la fin de l'année un accord cadre qui normaliserait leurs relations afin d'améliorer leur coopération, leurs relations économiques et commerciales, mais aussi leurs échanges politiques.

Cet accord cadre permettrait de laisser derrière eux une série de désaccords sur le thème des droits de l'homme.

La quatrième session de négociations s'est déroulée lundi et mardi à Bruxelles. "Nous avons quasiment bouclé l'accord sur les questions commerciales et économiques. Nous avons un accord assez large sur la coopération, qui est le plus gros chapitre", a expliqué un haut responsable européen.

Le ministère cubain des Affaires étrangères a indiqué mardi que ces discussions ont eu lieu "dans un climat constructif et professionnel", faisant état d'"avancées significatives". "Les équipes ont convenu de se réunir à nouveau en septembre à La Havane", a-t-il précisé.

"Nous comprenons bien mieux quels sont les objectifs, les ambitions et les sensibilités sur le dialogue politique", a pour sa part souligné le responsable européen. "Des domaines significatifs, y compris sur des sujets plus sensibles et difficiles entre l'UE et Cuba, restent en suspens. Pour cette raison, nous devons travailler plus longtemps" sur ces sujets, a-t-il dit.

"Ce n'est pas un secret que nos visions divergent sur ce qu'est une gouvernance efficace et responsable, ou sur la façon dont les droits fondamentaux doivent être interprétés et appliqués", a commenté le haut responsable européen.

Les échanges achoppent aussi sur "d'autres questions techniques", sur le plan économique et social côté cubain, sur la question de la migration côté européen, a-t-il expliqué.

"Il faut qu'on trouve des moyens pour concilier ces divergences", a expliqué le responsable. "Trouver un équilibre dans cette équation n'est pas toujours facile", a-t-il poursuivi, mais il a assuré ne "pas avoir d'inquiétudes particulières pour l'une ou l'autre question, ni pour le calendrier".

axr/csg/phv