NOUVELLES
17/06/2015 07:23 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Copa America - Neymar face à Zuñiga, son bourreau du Mondial

Le 4 juillet 2014, Neymar quittait le terrain et le Mondial sur une civière en quart de finale. Mercredi soir, la superstar du Brésil croisera en Copa America celui qui l'avait spectaculairement blessé, le défenseur colombien Juan Camilo Zuñiga.

L'arrière droit aura la pression, comme toute son équipe: la Colombie ferait mieux de battre le Brésil si elle veut rester dans la compétition (match à 00h00 GMT).

Près d'un an plus tôt, les deux équipes s'étaient affrontées en quart de finale de la Coupe du monde. La victoire de la Seleçao (2-1) avait été amère: dans les dernières minutes du match, en luttant pour le ballon, Zuñiga, qui pesait alors 10 kilos de plus que Neymar, lui avait assené un grand coup de genou dans le dos.

Avec une vertèbre fracturée, le N°10 du Brésil, évacué du stade en ambulance, disait adieu au Mondial. Quatre jours plus tard, les Auriverde, privés de leur atout-clé, s'effondraient face à l'Allemagne qui leur infligeait une humiliation historique en demi-finale (7-1).

Après ce quart, qui avait mis fin au parcours jusque-là séduisant des "Cafeteros", Zuñiga avait reçu des menaces de mort et des insultes racistes via les réseaux sociaux de la part de supporters brésiliens en colère.

Il s'était confondu en excuses, dans une lettre publiée sur internet: "Je regrette profondément la triste blessure dont a été victime Neymar. J'ai de la peine à cause de cette situation qui est le résultat d'une action normale de jeu, laquelle ne contenait ni mauvaise intention, ni méchanceté, ni imprudence de ma part".

- Page définitivement tournée -

Neymar avait assuré ne pas lui en garder rancoeur, soulignant toutefois qu'il s'agissait d'une "charge pas normale". "Si cela avait été deux centimètres plus haut, je serais peut-être dans une chaise roulante", avait-il relevé.

Le rendez-vous en Copa America ne sera pas le premier où Zuñiga (29 ans) et Neymar (23) se retrouvent: dès septembre 2014, le Brésil et la Colombie avaient en effet disputé un match amical à Miami (1-0), avec un but de... Neymar.

L'accolade entre les deux joueurs, au début de la partie, avait signifié que la page était définitivement tournée. Mais la réconciliation n'avait pas empêché Zuñiga de marquer de près le capitaine brésilien, et une faute lui avait même valu un carton jaune.

Avec l'enjeu de la qualification, Zuñiga devrait procéder au même marquage serré sur Neymar pour tenter de l'isoler.

Mais le latéral colombien n'arrive pas au meilleur de sa forme: éternel remplaçant à Naples, il n'a pas beaucoup joué cette saison, gêné par une lésion à un genou qui le hante depuis 10 ans et l'a obligé à se faire opérer cette année.

Il s'est aussi montré apathique sur le but encaissé par la Colombie dès son entrée en lice face au Venezuela (1-0), alors que parallèlement, Neymar était prépondérant pour le Brésil face au Pérou (2-1), avec un but et une passe décisive.

Et "Ney" arrive sur sa lancée d'une saison faste au FC Barcelone, avec 22 buts dans le Championnat d'Espagne (3e meilleur buteur derrière les hors norme Christiano Ronaldo et Messi) et un triplé à la clef (Liga, Coupe d'Espagne et Ligue des Champions).

Et cette fois, le Brésil compte bien profiter de son N°10 jusqu'au bout de la compétition.

jt/ma/ka/hdz/ybl/jcp