NOUVELLES
17/06/2015 02:25 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Boîtes postales : une partie du centre-ville de Montréal pourrait être exemptée

Le Vieux-Montréal et le quartier des affaires pourraient garder la livraison du courrier à la porte. Postes Canada l'envisage, au même titre que l'accord qu'elle a proposé à Toronto. La société d'État est aussi prête à faire certaines concessions, à l'image de ce que vient d'obtenir Terrebonne.

Un texte de Thomas Gerbet

Postes Canada a beau être déterminée à installer des boîtes postales communautaires d'un bout à l'autre du pays, il y a parfois des obstacles difficiles à surmonter. Dans le Vieux-Terrebonne, la Société d'État n'a pas trouvé assez d'espace disponible sur la voie publique. En se tournant vers les propriétaires de terrains privés pour conclure des ententes, elle s'est heurtée à une fin de non recevoir.

Résultat : le Vieux-Terrebonne gardera le courrier à domicile au moment où le reste de la ville sera converti à la livraison collective, dès le 21 septembre. « Ce n'est pas une exemption, c'est un délai », tient à préciser la porte-parole de Postes Canada, Anick Losier. « On tente de trouver une solution alternative ». Selon nos informations, la société d'État envisage de faire l'acquisition d'un édifice pour y concentrer les boîtes à lettres.

Montréal

Le coeur du centre-ville de Montréal pose un défi particulier à Postes Canada. Il y a d'abord le Vieux-Montréal historique, dense et sensible visuellement, au même titre que le Vieux-Terrebonne. L'arrondissement Ville-Marie compte, par ailleurs, beaucoup de résidents dans des tours à condos qui reçoivent déjà leur courrier dans des boîtes collectives au rez-de-chaussée. 

Un noyau du centre-ville fait déjà l'objet d'un traitement particulier. Le quadrilatère entre la rue Sherbrooke (au nord) et le fleuve (au sud) et entre Berri (à l'est) et Drummond (à l'ouest) est le seul secteur de Montréal où les facteurs continuent de livrer de la vieille façon, avec un tri manuel sur le terrain. Pour le reste de la ville, un tri automatisé est fait en amont.

« Nous avons des corridors d'affaire où les volumes de courrier et les contrats demandent une approche différente de quartiers résidentiels. Mais je ne peux confirmer aucune exemption en ce moment. », dit Anick Losier. 

Toronto

Le profil du quartier des affaires de Montréal n'est pas sans rappeler celui de Toronto. Le quotidien Toronto Star révélait il y a quelques jours que Postes Canada a proposé à la capitale ontarienne de ne pas installer de boîtes postales dans un quadrilatère formé par la rue Bathurst, la rue Bloor, Don Valley Parkway et le lac.

« Le centre-ville de Toronto voit très peu de livraison à domicile puisqu'il est composé de complexes, édifices et condominiums (...) », explique Anick Losier. « Depuis des mois nous demandons à la Ville de Montréal de discuter de solutions pour son centre-ville. Nous tenons absolument à avoir la même discussion que nous sommes en train d'avoir avec la Ville de Toronto, particulièrement lorsqu'on parle des endroits densément peuplés. »

Arrêt du courrier à domicile dès le 17 août dans plusieurs villes

Postes Canada installe ces jours-ci les boîtes postales dans les secteurs touchés par le projet de conversion. Les citoyens de Saint-Lambert par exemple les voient pousser comme des champignons depuis quelques jours. Dans l'arrondissement Lachine, à Montréal, les boîtes ne sont pas encore installées, mais les résidents ont appris par une lettre qu'ils recevront leurs clés au mois de juillet.

Postes Canada a annoncé des consultations publiques prochaines à Beloeil, McMasterville, Mont-Saint-Hilaire et Otterburn Park. Ces villes perdront la livraison du courrier à domicile en 2016.