NOUVELLES
17/06/2015 06:22 EDT | Actualisé 17/06/2016 01:12 EDT

Au moins 33 morts dans la région de Damas (ONG)

Au moins 33 personnes ont été tuées dans des secteurs contrôlés par le régime syrien et par la rébellion à Damas et ses environs, a affirmé mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon cette organisation, au moins 24 personnes, dont cinq enfants, ont été tuées mardi après-midi par des roquettes et des raids gouvernementaux contre Douma, un bastion rebelle à l'est de Damas.

Dans un centre médical de la ville, le photographe de l'AFP a vu un homme tentant de réconforter un garçon en pleurs, la tête bandée, qui était allongé sur une civière.

Près de lui, une fillette, les cheveux retenus par un bandeau et le visage couvert de poussière et tâché de sang, pleurait en attendant d'être soignée.

Bastion de l'opposition assiégé depuis deux ans, Douma est régulièrement la cible des frappes du régime. Pour leur part, les rebelles tirent régulièrement sur la capitale à partir de la banlieue est, tuant aussi des civils.

Dans la soirée, neuf personnes ont été tuées par des tirs de roquettes sur le jardin Arnous dans le centre de Damas, un secteur aux mains du régime, selon l'OSDH.

L'agence officielle Sana a fait état de neuf morts, dont cinq femmes, et 13 blessés, dans ce jardin où les habitants passent la soirée en été.

Interrogés par l'AFP, plusieurs témoins ont fait état de la chute de deux obus.

"Il s'agit d'un cadeau pour le ramadan. Les obus ont été tirés soit de Douma soit de Jobar", un autre secteur de la banlieue est, a dit avec une ironie amère un habitant, faisant allusion au mois de jeûne musulman qui doit débuter jeudi.

Selon lui, "une voisine a été tuée et plusieurs autres personnes ont été probablement tuées et blessées".

Ailleurs en Syrie, sept civils, dont quatre enfants, ont été tués par des roquettes tirées par des rebelles sur la partie d'Alep (nord) tenue par les forces gouvernementales.

Cette nouvelle salve est survenue malgré la condamnation par l'ONU des tirs rebelles lundi à Alep qui ont tué 36 civils, dont 14 enfants.

L'ancienne capitale économique est divisée depuis juillet 2012 entre le secteur est tenu par les rebelles et celui de l'ouest aux mains du gouvernement.

Dans le sud du pays, au moins 18 personnes dont 14 enfants ont été tuées mardi à Ghariyah, une localité de la province de Deraa, par des raids de l'armée, a rapporté l'OSDH.

Les raids aériens ont touché une école coranique, a précisé l'ONG qualifiant ces raids de "massacre".

mjg-rm-sah/sk/vl