DIVERTISSEMENT
16/06/2015 06:07 EDT | Actualisé 16/06/2015 06:08 EDT

«Grease» : les T-Birds et les Pink Ladies sont prêts! (VIDÉO)

Les garçons ont enduit leurs cheveux de gel, les filles ont enfilé leurs robes bouffantes, les pas de danse ont été assimilés, la voiture antique a été astiquée : la troupe de Grease est fin prête à prendre d’assaut le Théâtre St-Denis à compter de mercredi pour sa série de représentations, qui s’étendra jusqu’au début août, et à laquelle on ne cesse d’ajouter des dates. Des supplémentaires viennent d’ailleurs d’être annoncées pour les 28, 29, 30, 31 juillet et 1er août.

Lundi, les Jason Roy-Léveillé (Danny), Annie Villeneuve (Sandy), Normand Brathwaite (Vince Fontaine), Jean-Marc Couture (Johnny Casino), Gardy Fury (Teen Angel), Joëlle Lanctôt (Betty Rizzo) et autres T-Birds et Pink Ladies de la distribution ont offert un bref aperçu de la pièce aux représentants des médias, histoire d’accentuer la fébrilité d’un cran. Comme si les attentes n’étaient pas déjà assez élevées avec les 40 000 billets déjà écoulés et toutes les promesses formulées par l’équipe de production, à savoir que Grease, avec ses acrobaties, ses projections et ses effets scénographiques de pointe, est la plus ambitieuse comédie musicale mise au programme par le Festival Juste pour rire à ce jour.

Plus de spontanéité

Les garçons se sont donc trémoussés en chœur sur Greased Lightning avec toute l’attitude cool que leur conférait leur incontournable veston de cuir, alors qu’Annie Villeneuve s’est époumonée sur sa relecture d’Hopelessly Devoted To You dans sa robe bleu poudre.

Pas de doute, les amateurs de Grease retrouveront bel et bien l’univers qui leur est cher. Le collage monté ici par le metteur en scène Andrew Shaver est un amalgame d’éléments du film de 1978, qui a propulsé John Travolta et Olivia Newton-Jones au rang de stars, et du spectacle d’abord présenté sur Broadway en 1972, et ensuite repris dans 25 pays à travers le monde. Les connaisseurs ne seront pas dépaysés, mais Shaver et sa bande ont quand même incorporé des aspects nouveaux et apporté à l’ensemble une touche de spontanéité, afin que les Québécois s’approprient «leur» Grease.

Rappelons que les textes parlés sont en français et qu’environ la moitié des chansons ont été traduites dans la langue de Molière, par Yves Morin. Certaines «intouchables», comme You’re The One That I Want, We Go Together, ou Hopelessly Devoted To You sont toutefois interprétées dans leur version originale anglaise.

«Ça ne m’intéressait pas d’en rester à ce qui avait été fait dans le film ou de recopier ce qui a été fait à New York, expose Andrew Shaver. Moi, je n’ai jamais vu ce qu’ils ont fait à New York ou à Londres. On a abordé ce projet avec un esprit de liberté, de jeu. Il y a plusieurs moments où on a fait des erreurs en salle de répétition, et on se disait alors : «Voilà! C’est ça!» Quand quelqu’un se trompait dans son texte, on récupérait l’erreur et on l’intégrait dans la scène.»

«Pour la gang, c’était un peu déstabilisant, parce que ce n’est pas comme ça qu’ils ont appris, mais au bout de cinq ou six jours, ils ont apprécié cette liberté», résume Andrew Shaver, qui dit s’inspirer de l’art clownesque, qu’il a longuement étudié dans le passé, et qui se plait à briser le «quatrième mur», qui sépare généralement les artistes des spectateurs au théâtre.

Le secret des cheveux

La mise en scène de Grease repose sur d’ingénieuses trouvailles de mise en scène alliant accessoires et vidéos. Chaque scène a son objet mythique, qu’on associe instantanément à Grease : la voiture de Danny, le lit de Marty, les gradins, etc. Chansons, chorégraphies et projections s’articulent autour du morceau de décor. Et les répliques passées à l’histoire de Grease sont, bien sûr, au rendez-vous.

Jason Roy-Léveillée, qu’on dit impeccable dans la peau de Danny, a pour sa part rigolé en révélant le secret qui fait tenir les cheveux des membres masculins du groupe en une coiffure savamment étudiée et, surtout, immuable.

«50 livres de products, ricane-t-il. Au début, je me mouille les cheveux, je mets de la mousse. Je fais ensuite mon «coq» avec la brosse ronde et le séchoir. Après, je me mets du gel sur les côtés, et du spray net fois mille! Nos loges sont comme des loges de filles, en ce moment. Ce n’est pas très viril! (rires) Mais on a un manteau de cuir où il est écrit T-Bird ; ça rachète tout… (rires)»

Le comédien parle d’un «renouveau dans la comédie musicale» pour décrire ce Grease des années 2010. Il compte aussi sur l’énergie de tous les acteurs pour faire lever la sauce.

«On niaise tellement, toute la gang ensemble, lance-t-il. La chimie s’est créée tellement rapidement! Ça aussi, ça va transparaître. À la deuxième répétition, on dirait que ça faisait 10 ans qu’on se connaissait…»

Question sérieuse, en terminant : Grease, est-ce que c’est kitsch? Doit-on à tout prix laisser notre cynisme au vestiaire pour s’amuser pendant la prestation?

«Un peu, sourit Andrew Shaver. Pas en entier. C’était le défi, de trouver l’équilibre. J’aime bien le kitsch, mais je veux rendre ce kitsch classique, trouver le côté poétique du kitsch, que ça soit de bon goût.»

Grease tiendra l’affiche du Théâtre St-Denis du 17 juin au 1er août, dans le cadre du Festival Juste pour rire. Consultez le hahaha.com pour vous procurer des billets. Des pourparlers sont présentement en cours en vue d’une tournée à travers la province, peut-être pour 2016, mais rien n’a encore été confirmé en ce sens.

Cliquez ici pour en savoir davantage sur les comédiens et les coulisses de Grease.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST