NOUVELLES
14/06/2015 01:02 EDT | Actualisé 14/06/2015 01:03 EDT

L'âge de la retraite sera repoussé, mais certains emplois ne seront pas touchés

Radio-Canada.ca

La proposition pour repousser l'âge de la retraite au Québec de 65 à 67 ans a été adoptée par les libéraux réunis en congrès à Montréal, dimanche. Des amendements feront toutefois en sorte que certains emplois ne seront pas touchés.

Plus tôt, en entrevue à Radio-Canada, le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, avait affirmé que ce report de l'âge de la retraite était « inévitable ».

« Les gens ont une espérance de vie plus longue, ils sont beaucoup plus longtemps à la retraite par rapport aux années de travail qu'auparavant. On a une société qui est vieillissante. Ça a des conséquences sur les coûts des régimes. Et ça nous impose aussi, comme société, d'utiliser toutes nos forces vives. Le fait que les gens partent très tôt à la retraite, ça nous enlève de l'expertise, du savoir, et des gens qui sont très importants pour contribuer à l'économie, notamment dans le secteur public. », a-t-il soutenu.

« Si les gens partent à 55-56 ans et sont à la retraite jusqu'à 90 ans, vous comprendrez bien que ce n'est pas la même situation qu'à une époque où les gens partaient à 65 ans puis l'espérance de vie était dans les 70 ans. »

— Martin Coiteux, président du Conseil du Trésor

Toutes les sociétés du monde qui vivent le même défi démocratique que le Québec adoptent ce genre de mesure, assure le ministre.

Économie et éducation

Le congrès libéral, qui s'est amorcé samedi, se termine dimanche après-midi, plusieurs militants ont témoigné de leurs inquiétudes par rapport aux compressions présentées par le gouvernement au cours de la dernière session parlementaire, particulièrement dans le secteur de l'éducation.

Le ministre de l'Éducation François Blais a défendu sa position. « Tout le monde est conscient que l'effort budgétaire se fait beaucoup en santé, en éducation. Les mathématiques nous rejoignent, il faut passer par là », dit le ministre qui estime avoir l'appui des militants.

Quant au leader parlementaire Jean-Marc Fournier, il affirme que « quand on fait le ménage, on le dit, c'est pas facile. M. Couillard s'en n'est jamais caché. Et il y a des gens qui disent : bon, il y a des difficultés qui sont rencontrées. Il n'y a personne qui le nie. La question, c'est pourquoi on le fait? ». « La raison principale, c'est pour relancer le Québec », dit M. Fournier.

Le premier ministre Philipe Couillard prononce justement ce midi un discours pour parler de ce qui s'en vient en matière d'économie et d'éducation pour le gouvernement.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 12 promesses de Philippe Couillard Voyez les images