Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Vente de t-shirts à l'effigie d'Ulrick Chérubin : la famille du défunt maire sous le choc

La famille d'Ulrick Chérubin, défunt maire d'Amos, déplore qu'un citoyen ait mis en vente des t-shirts à son effigie sans la consulter. L'homme souhaitait verser une partie du profit généré par son activité dans le Fonds Ulrick Chérubin récemment créé par la Ville, qui se dissocie de l'initiative puisqu'elle n'a pas été consultée dans le processus.

Avec les informations de Godefroy Macaire-Chabi

La veuve d'Ulrick Chérubin, Immacula Morisset, se dit choquée par l'utilisation de l'image de son défunt mari. « Premièrement, je trouve que c'est un manque de respect, dit-elle. Parce que la personne, je [ne] la connais pas. On [ne] l'a jamais vu pour nous demander ce qu'on pense de ce qu'il allait faire. Parce que Ulrick il n'a même pas fait un an de décès », estimant que l'initiative en rajoute à son deuil.

Pour elle, c'est comme revivre le décès de son mari, ajoute son fils, Ulrick Chérubin Junior, qui dénonce un manque de sensibilité. « Il n'était pas au courant d'où est ce qu'on était rendu dans notre processus de deuil, je crois qu'il y a un manque de jugement dans la façon de faire », estime-t-il.

Il ajoute que la démarche n'a pas été approuvée par la Ville d'Amos. « On n'a aucune garantie que l'argent recueilli va retourner au fonds, même s'il s'engage à le faire », note-t-il.

Excuses et accusations

Le citoyen en question, Marc Bouchard réagit et présente ses excuses à la famille. « Je voudrais profiter de l'occasion qui m'est présentée pour faire mes sincères excuses à la succession de M. Chérubin, à toute sa famille », accusant du même souffle la Ville d'Amos d'avoir induit en erreur la population et la famille. Il dit qu'il s'agit d'une initiative d'un commerçant en ligne, affilié avec un fournisseur de vêtements.

« Je n'ai jamais parlé de campagne de financement, plaide-t-il. Le profit que je fais je m'engage à donner un dollar [par t-shirt vendu] pour remettre à la fondation communautaire. »

La Ville se dissocie

Dans la tourmente, la Ville a publié un communiqué dans lequel elle met en garde la population contre toute activité de financement du fonds qui n'aurait pas reçu son aval. Le texte ne cite pas directement Marc Bouchard. Sauf que ce dernier exige des excuses à la fois de la Ville et de son maire, faute de quoi il pourrait entamer des poursuites. Contacté, le maire d'Amos, Sébastien d'Astous, s'en est tenu au communiqué émis par la Ville.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.