Relais pour la vie: marcher pour lutter contre le cancer

Est-ce que le simple fait de marcher peut sauver des vies? On l’ignore, mais la Société canadienne du cancer (SCC) fait à tout le moins le pari qu’en s’unissant et en se mobilisant, on peut améliorer le sort d’autrui, petit à petit.

C’est ainsi que, depuis 15 ans, l’organisme nous invite à enfiler nos chaussures de course et à marcher pendant 12 heures, toute la nuit durant (de 19h à 7h le lendemain) pour célébrer la vie, rendre hommage aux personnes touchées par la maladie et lutter tous ensemble contre le cancer. Car c’est prouvé que l’union fait la force, non?

En 2015, 89 Relais pour la vie, qui ont déjà eu lieu en mai ou au début juin ou qui se tiendront d’ici la fin du mois, permettront d’amasser des sous pour la cause et de montrer la solidarité des Québécois envers les victimes. L’an dernier, toutes les éditions combinées du Relais pour la vie ont permis d’amasser 13 millions de dollars ; l’objectif pour 2015 est de 13,2 millions. Il est certes possible de contribuer en participant à la marche et en recueillant des dons, mais aussi en s’impliquant à titre de bénévole dans l’organisation, ou simplement en tendant un montant de son choix. Le Relais pour la vie est désormais considéré comme le plus grand événement de collecte de fonds au pays.

Chaque année, plus de 48 000 personnes s’engagent dans le mouvement en marchant, 300 000 donateurs apportent leur soutien et 30 000 bénévoles donnent un coup de pouce. Depuis 15 ans, l’initiative a engrangé quelques 103 millions de dollars. Avec cet argent, la Société canadienne du cancer, qui aide bon an, mal an environ 135 000 individus, peut prévenir plus de cancers, exiger des lois qui protègent la santé, financer des projets de recherche et supporter ceux et celles qui sont touchés par le fléau. L’an dernier, plus de 20 millions ont été alloués en ce sens. La SCC met tout en œuvre pour faire grimper le taux de survie global du cancer, présentement fixé à 63%, à 80%, d’ici 2030.

Relais pour la vie

Comme une fête

Plusieurs moutures du Relais pour la vie se déploieront ce vendredi, 12 juin, dans maintes villes de différentes régions de la Belle Province, en Abitibi, dans le Bas Saint-Laurent, en Estrie, dans les Laurentides, à Laval, en Outaouais, dans Richelieu-Yamaska, sur la Rive-Sud de Montréal, au Saguenay et à Québec. Informez-vous sur la page Facebook du rassemblement le plus près de chez vous ; festifs, ceux-ci sont une belle occasion de s’amuser en famille ou entre amis. Des activités et des spectacles sont organisés un peu partout pour le plaisir des gens présents.

Par exemple, à Longueuil, au Parc Michel-Chartrand, Luc De Larochellière, Marie-Denise Pelletier, Sylvie Desgroseillers, Élie Dupuis, Annie Blanchard, Gabrielle Destroismaisons et Sarah Cochrane feront lever la fête à compter de 20h.

À Blainville, au Parc Maurice-Tessier, on se trémoussera au son des airs brésiliens, swing, bossa nova et samba de la formation BraziouNord. La troupe de danse Mouve ta vie, les groupes Ben et ses complices et Folklore, ainsi que la jeune auteure-compositrice-interprète Arielle Prud’homme, se relaieront tout au long de la soirée.

À Mont-Tremblant, au Domaine Saint-Bernard, le volet musical sera assuré par Charlotte Cardin-Goyer et le Trio Jazz Robert Ménard et Hugo St-Cyr. Le gala de reconnaissance bénévole Star d’un soir mettra aussi du piquant aux alentours de 23h20.

Une semaine plus tard, le 19 juin, d’autres municipalités emboîteront le pas avec leur propre Relais pour la vie et, ce même jour, au Quai de l’Horloge, dans le Vieux-Montréal, Josée Boudreault animera la cérémonie de clôture, où sera dévoilé le montant total accumulé grâce à tous les Relais pour la vie de 2015. Le maire de Montréal, Denis Coderre, sera présent.

Dominic Arpin porte-parole

Mentionnons enfin que l’animateur Dominic Arpin, qui a reçu en 2013 un diagnostic de cancer du rein, est l’ambassadeur du Relais pour la vie, et se joindra aux marcheurs de Longueuil, ce vendredi. Aujourd’hui en rémission, Dominic affirme qu’il vivra néanmoins avec le spectre du cancer toute sa vie, et se donne tous les moyens pour demeurer en santé. Il n’a pas hésité à partager son expérience lorsqu’il a réalisé qu’il pouvait ainsi aider d’autres gens frappés par ce même malheur.

«Au début de mon cancer du rein, je me suis longtemps demandé pourquoi moi, a raconté le pilote de Vlog, à TVA, qui conduira aussi les matins de NRJ à l’automne. Maintenant, je me demande plutôt comment je peux aider, comment je peux faire une différence. Je suis fier d’appuyer la Société canadienne du cancer et j’invite tous les Québécois à participer au Relais pour la vie, car nous faisons tous partie de la solution…»

«De l’espoir, il y en a beaucoup. Auparavant, quand tu apprenais que tu avais le cancer, tu étais pratiquement condamné d’avance. Regardez seulement moi. Plusieurs cancers se guérissent. On sauve de plus en plus de vies!», a également spécifié celui qui dit avoir abordé le cancer comme une compétition. «Quand je vois la cicatrice sur mon abdomen, ça me rappelle ce que j’ai vécu», a illustré Dominic Arpin.

Pour plus d’informations, consultez le www.relaispourlavie.ca ou le www.cancer.ca