Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le succès Flip Design : des uniformes 100 % faits au Québec

En 15 ans, l'entreprise de création et de confection d'uniformes scolaires Flip Design est passée d'un chiffre d'affaires de 88 000 $ à 5 millions $. Avec ses vêtements 100 % faits au Québec, l'entreprise de Drummondville fait mentir tous ceux qui lui prédisaient qu'une délocalisation vers la Chine serait inévitable.

« Tout le monde, comptables, service-conseil, entourage, nous disait qu'on devrait faire comme les autres et arrêter de produire ici », raconte Serge Parenteau, copropriétaire de Flip Design.

Avec ses 70 machines à coudre et ses 80 000 kilos de fils destinés à produire 200 000 morceaux de vêtements, l'entreprise est effectivement une espèce en voie d'extinction au Québec. Elle tricote elle-même ses tissus de coton et de polyester et les fait teindre par un sous-traitant québécois. Les patrons sont conçus à l'interne avant que les tissus soient taillés puis cousus sur place.

La plupart des clients de Flip Design sont des écoles publiques qui sont de plus en plus nombreuses à adopter la tendance de l'uniforme scolaire. « On avait une école en 2000, puis on est rendu à 53 en 2015 », explique Caroline Lavoie, l'autre copropriétaire de Flip Design. L'entreprise connaît une croissance de 20 à 30 % par année.

Avec le succès viennent certains défis, dont celui du recrutement. La main d'œuvre dans le domaine de la couture se fait rare au Québec.

Qu'à cela ne tienne, les dirigeants de Flip Design s'imaginent déjà conquérir le reste du Canada ainsi que les États-Unis au cours des 10 prochaines années.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.