Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Bolt retrouve le stade de son premier record

Il y a sept ans, à la veille des Jeux olympiques de Pékin qui le consacrèrent, Usain Bolt se révélait au monde sur la piste du stade Icahn de New York. Samedi, l'heure sera aux retrouvailles.

La foudre est tombée pour la première fois sur le sprint mondial le 31 mai 2008.

Dans le froid, après une attente de près de trois heures pour laisser passer un orage, un jeune sprinteur jamaïcain de 21 ans au nom prédestiné s'installait sur la ligne de départ du 100 m. 9 s 72/100 plus tard, Usain Bolt venait de s'assurer que plus personne n'oublierait son nom.

Ce n'était que sa cinquième course chez les seniors, mais Bolt venait de battre par deux centièmes la marque mondiale établie par son compatriote Asafa Powell.

La suite appartient à l'histoire.

Six titres olympiques, huit couronnes mondiales et de nombreuses démonstrations de sa toute-puissance au cours desquelles il a écrasé la concurrence sur 100 et 200 m. Les records du monde des deux distances lui appartiennent toujours : respectivement 9,58 s et 19,19 s.

Bolt renouera donc avec le stade qui, d'une certaine façon, l'a vu naître comme géant, pour un 200 m de la Diamond League sans grande opposition.

2015, simple accident de parcours?

Depuis le début de la saison 2015 en plein air, le Jamaïcain de 28 ans est dans l'ombre de l'Américain Justin Gatlin, en tête des bilans annuels sur 100 m (9,74 s) et 200 m (19,68 s).

Si son calendrier est beaucoup plus chargé qu'en 2014, Bolt a pour l'instant toujours évité Gatlin, à l'exception des mondiaux de relais, où les Américains ont infligé aux Jamaïcains sur 4 x 100 m une défaite difficile à digérer.

Son temps de référence sur le demi-tour de piste est un modeste 20,13 s couru à la fin mai, à Ostrava, en République tchèque.

La réunion de New York est le premier de ses trois rendez-vous importants de l'été, avec Paris (4 juillet sur 100 m) et Lausanne (9 juillet sur 200 m) avant les Championnats du monde d'athlétisme à Pékin du 22 au 30 août.

« J'ai hâte que la saison démarre vraiment et que la période d'entraînement, toujours difficile, prenne fin », a-t-il admis en répétant que son objectif à terme était de réaliser un troisième triplé olympique consécutif (100 m, 200 m et relais) à Rio en 2016.

« C'est ce qui me motive, et aussi de passer sous les 19 secondes sur 200 m », a-t-il conclu, ambitieux.

Sur 100 m, l'Américain Tyson Gay, de retour d'une suspension d'un an pour dopage, espère confirmer son temps de 9,88 s réalisé à Eugene (Oregon), qui l'ont propulsé à la 3e place du bilan mondial.

Il sera opposé à Nesta Carter, décevant jusqu'ici, et à deux autres Jamaïcains, Kemar Bailey-Cole et Nickel Ashmeade.

Le rendez-vous de New York est également attendu avec impatience par ceux qui veulent voir la nouvelle sensation du triple saut, Pedro Pablo Pichardo.

Le Cubain détient la meilleure performance mondiale de la saison depuis le 28 mai avec 18,08 m, la troisième performance de tous les temps.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.