Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Accord du lac Meech : il y a 25 ans, Elijah Harper a dit « non »

25 années se sont écoulés depuis qu'Elijah Harper, seul député autochtone de la législature manitobaine à l'époque, s'est levé devant l'assemblée avec une plume d'aigle à la main et a refusé de ratifier l'accord du lac Meech.

Projet du premier ministre Brian Mulroney, l'accord du lac Meech devait permettre le retour du Québec au sein de la Constitution canadienne, en accordant notamment à la province le statut constitutionnel de « société distincte » et un droit de veto pour tout changement constitutionnel. Pourtant, les chefs autochtones étaient résolument opposés à l'entente, se demandant pourquoi le Canada tentait de régler la question du Québec avant celle des Premières nations.

Phil Fontaine était à l'époque grand chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba (ACM) et un acteur déterminant dans l'échec de l'accord du lac Meech. Il explique que l'ACM avait cherché une façon de contester l'accord en justice, mais que les membres se sont rendus compte que la solution devait être politique.

M. Fontaine raconte qu'il a téléphoné à Elijah Harper, qui rencontrait des électeurs dans le nord du Manitoba.

Les deux hommes se sont retrouvés au restaurant de l'hôtel Charter House, situé au centre-ville de Winnipeg.

L'entente constitutionnelle nécessitait une ratification unanime du Parlement fédéral et des législatures des dix provinces pour être entérinée. Au Manitoba, le premier vote de ratification devait avoir lieu le 12 juin 1990. Les parlementaires prévoyaient une adoption sans résistance.

« Mais si M. Harper opposait l'entente, elle serait rejetée », a souligné M. Fontaine.

La réunion de Phil Fontaine et Elijah Harper a duré plus d'une heure. M. Fontaine se souvient bien que le député néo-démocrate craignait qu'opposer l'accord du lac Meech et tout membre de l'Assemblée législative ne nuise à sa carrière politique.

Les membres de l'Assemblée des chefs du Manitoba avaient une réunion au centre-ville de la capitale provinciale le 12 juin. Ils ont décidé de se rendre au palais législatif afin de témoigner du moment historique où Elijah Harper allait exprimer son opposition.

« Quand nous sommes arrivés aux marches du palais législatif, des gardes de sécurité nous attendaient. Ils ne nous laissaient pas entrer. Ils nous bousculaient. Ils ont même déchiré la veste du chef Pascal Bighetty. », indique Phil Fontaine.

Finalement, les chefs autochtones ont réussi à franchir la porte et sont arrivés dans la galerie juste à temps pour voir Elijah Harper se prononcer.

Entre le 12 et le 21 juin 1990, Elijah Harper, plume à la main, a opposé la ratification de l'accord du lac Meech huit fois. Peu après, Terre-Neuve en a fait autant.

L'accord du lac Meech a flétri et a fini par mourir.

M. Harper, originaire du territoire de la Première Nation Red Sucker Lake, dans le nord-est du Manitoba, est décédé le 17 mai 2013. Il avait 64 ans.

Il y aura un évènement commémoratif samedi au palais législatif du Manitoba pour marquer le 25e anniversaire de la résistance d'Elijah Harper.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.