NOUVELLES
11/06/2015 10:26 EDT | Actualisé 12/06/2015 06:06 EDT

Les zones sans téléphone cellulaire ont la cote (VIDÉO)

Des études estiment que les gens consultent leur cellulaire en moyenne 150 fois par jour. En fait, ce comportement compulsif porte même un nom : la nomophobie, de No moibilae phobia. Mais, la tendance à la désintoxication commence à poindre dans les grandes villes, au Québec comme ailleurs dans le monde.

D'après un reportage d'Émilie Dubreuil

Pour essayer de redonner, l'espace de quelques heures, ses lettres de noblesse aux conversations en tête-à-tête, Jacques Gaspo, le propriétaire du restaurant La Belle et la Bœuf, à Laval, a inventé un jeu.

«On fait les lundis sans cellulaire. On donne 3 $ de rabais [au client] et si on les attrape avec leur cellulaire, on enlève 1 $ à la fois.»

— Jacques Gaspo, propriétaire de La Belle et la Bœuf

Malgré tout, « 75 % des clients se font attraper, c'est un tic nerveux, le cellulaire », ajoute le restaurateur.

Au bar Félix, à Montréal, la politique est stricte : les cellulaires restent au vestiaire.

Parce que les gens dansent avec leur cellulaire. « Ça arrive tout le temps et ça m'énervait. Alors, moi je me suis dit : "J'ouvre un bar et je confisque le cellulaire des gens" », explique le copropriétaire Félix Fournier.

Ailleurs dans le monde

En Bulgarie, la marque de bière Amstel a distribué des casiers à cellulaire dans les bars et offre une bière gratuite si vous y laissez votre appareil.

À Sao Paulo, au Brésil, une autre marque de bière encourage la convivialité en donnant à ses clients une glacière munie d'une technologie, utilisée en prison, qui coupe les ondes cellulaires pour priver les détenus de la possibilité de communiquer.

À Amsterdam, Kit Kat a installé des zones sans réseaux sans fil. Pour que les gens puissent lire un journal papier, penser, rêver, parler.

Le salon de thé Camellia Sinensis, à Montréal, est un des pionniers du «no techno».

«On a souvent pour cette zone, tranquille, sans techno, on a des files d'attente pour les gens qui veulent l'expérience», explique le copropriétaire Kevin Gascoyne.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Des oeuvres créées à partir de téléphones intelligents Voyez les images