NOUVELLES
11/06/2015 08:30 EDT | Actualisé 11/06/2015 08:31 EDT

L'accès à un vol Lyon-Montréal refusé à un ex-prisonnier de Guantanamo

Radio-Canada.ca

Un ancien prisonnier de Guantanamo n'a pas pu monter dans un avion qui était sur le point de décoller de la France en direction du Canada, car il aurait ainsi survolé l'espace aérien américain.

Mourad Benchellali, qui s'est déjà adressé à des groupes de jeunes en Europe dans le but de les dissuader d'aller faire le djihad, n'a pas pu prendre place à bord d'un appareil d'Air Transat effectuant la liaison entre Lyon et Montréal.

Le transporteur canadien a indiqué qu'étant donné que son avion s'apprêtait à survoler l'espace aérien américain, son personnel « avait dû appliquer les dispositions du programme de sécurité des États-Unis connu sous le nom de Secure Flight comme toutes les autres compagnies aériennes ».

Ce programme cible les passagers apparaissant sur la liste américaine d'interdiction de vol, qui empêche ceux-ci de monter à bord d'avions survolant les États-Unis.

Au cours d'une entrevue téléphonique, Mourad Benchellali, qui a quitté la base navale américaine de Guantanamo en juillet 2014, a affirmé qu'il ne savait pas que son nom apparaissait sur cette liste.

L'homme de 33 ans a précisé avoir déjà voyagé en Europe par voie aérienne, mais il a ajouté que c'était la première fois qu'il prévoyait effectuer un trajet outre-Atlantique.

L'ex-détenu devait venir à Montréal pour participer à une conférence sur la paix et à une autre sur la radicalisation des jeunes qui ont déjà pris la direction de la Syrie.

« Je n'allais pas prendre des vacances. Je me déplaçais pour faire de la prévention », a-t-il mentionné.

Les organisateurs des conférences étaient choqués lorsqu'ils ont été informés du sort de leur invité.

Mourad Benchellali a l'habitude de faire référence à son expérience dans un camp d'Al-Qaïda en Afghanistan pour servir un avertissement aux jeunes qui pourraient être charmés par la campagne de recrutement du groupe État islamique.

Extrait de la réaction des organisateurs des conférences et rencontres

« Face au drame humain de la radicalisation qui touche le Québec comme le reste de la planète, le Fonds de dotation PACE pour l'éducation à la paix et l'Observatoire sur la radicalisation et l'extrémisme violent voient dans l'interdiction de vol faite à Mourad Benchellali - contre qui il n'existe aucune action de justice pendante - non seulement une privation inacceptable de sa liberté d'aller et venir, mais aussi la preuve de l'incohérence de certaines mesures iniques et inefficaces prises de façon indiscriminée dans la lutte contre le terrorisme.

Les dérives liberticides et la peur prévalent ainsi sur la liberté d'un homme qui a le courage de mettre son expérience personnelle au service de la paix. Museler la souffrance et brimer les libertés favorisent la radicalisation et contribuent à alimenter l'argumentaire des recruteurs terroristes.

Le Fonds de dotation PACE maintient sa volonté de permettre à M. Benchellalli de venir prendre part aux 48 h pour la Paix qui se tiennent cette fin de semaine à Chomedey-Laval, soit par le libre passage vers le Canada, soit en duplex. Le débat ouvert au public aura lieu le samedi 13 juin à 11 h et aura pour thème : « Musulmans et Après Charlie, sortir de ses peurs et construire au-delà des fatalités ».

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Inside Guantanamo Voyez les images