POLITIQUE
10/06/2015 03:26 EDT | Actualisé 10/06/2015 03:43 EDT

EXCLUSIF - 165 municipalités réclament une meilleure protection des sources d'eau potable

farm4.static.flickr.com/3120/3165716469_53e4c9031d_o.jpg" data-caption="Seems like i can't really keep all these drinks stuffs off my flickr. Pushing too hard to be on flickr. Why??? Ok. May be i drink too much.. too much of Redbull, V, 100+, Water..nothing more nothing less.. I need to go on.. or stop right here?? I dont know what to do.. Best Viewed Large: farm4.static.flickr.com/3120/3165716469_53e4c9031d_o.jpg" data-credit="nattu/Flickr">

QUÉBEC - Les ministres de l'Environnement et des Affaires municipales, David Heurtel et Pierre Moreau, recevront mercredi une requête appuyée par 165 municipalités afin d'accroître la distance minimale entre les sources d'eau potable et les sites d'exploitation des hydrocarbures.

Parmi les signataires, on retrouve les municipalités de Sorel-Tracy, Mercier et Ristigouche Sud-est. Cette dernière est poursuivie par la société pétrolière Gastem pour avoir adopté un règlement visant à protéger ses sources d'eau potable.

La Coalition Eau Secours! tiendra une conférence de presse demain en compagnie des élus de ces municipalités.

Dans leur requête, que Le Huffington Post Québec a pu consulter, les municipalités demandent une dérogation au gouvernement Couillard afin qu'elles puissent accroître par règlement la distance minimale entre les sources d'eau potable et les sites d'exploitation pétrolière ou gazière.

Le règlement actuel, adopté par Québec à l'été 2014, prévoit une distance minimale de 500 mètres.

Les municipalités signataires souhaitent faire passer l'interdiction à deux kilomètres pour un puits artésien ou de surface desservant 20 personnes ou moins. La distance minimale passerait à six kilomètres pour une source desservant plus de 20 personnes ou l'aqueduc municipal, et à dix kilomètres de «tout lieu de puisement d’eau de surface des résidents ou de la municipalité».

Ces nouvelles normes s'appliqueraient aussi bien en surface que pour les activités en sous-sol.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les pires projets énergétiques, selon Greenpeace Voyez les images