NOUVELLES
09/06/2015 10:39 EDT | Actualisé 09/06/2015 10:39 EDT

86 000 $ pour l'ex porte-parole de Longueuil après la crise de l'eau

Radio-Canada.ca

Une indemnité de départ de 80 980 $, le paiement de ses vacances non utilisées et une enveloppe de 5000 $ pour l'aider dans sa recherche d'un nouvel emploi. Bernard Bigras a bien négocié sa rupture de contrat avec la Ville de Longueuil, cinq mois après son entrée en poste comme Directeur des communications.

Un texte de Thomas Gerbet

Une lettre d'entente obtenue par Radio-Canada révèle que l'ex porte-parole a obtenu deux primes pour son départ, dont l'une correspond à six mois de salaire. Selon nos informations, c'est sa gestion critiquée des communications publiques lors de la crise de l'eau, en janvier, qui a contribué à la fin de son contrat.

La lettre d'entente datée du 18 mars 2015 mentionne que « la Ville et Monsieur Bigras ont convenu mutuellement de mettre un terme à l'emploi ».

Il s'agit d'une formule classique « pour ne pas dire qu'on a congédié le gars », précise Michel Nadeau, directeur général de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques.

Bernard Bigras, un proche de la mairesse Caroline St-Hilaire, gagnait un salaire de 162 000 $ par année comme directeur des communications et des affaires publiques. Avant octobre 2014, il occupait un poste de cadre à la Ville. Il avait été engagé par Longueuil en novembre 2011, quelques mois après sa défaite électorale avec le Bloc québécois, où il a croisé la route de Mme St-Hilaire.

Une entente confidentielle

La lettre obtenue par Radio-Canada indique que « les parties reconnaissent le caractère strictement confidentiel de la présente entente et transaction ». Nos messages à Bernard Bigras sont demeurés sans réponse. Quant à la Ville, elle confirme les modalités de départ, mais n'explique pas pourquoi elle a souhaité mettre fin au contrat de son ancien directeur des communications.

Invité à commenter l'ampleur de la prime, sans savoir qu'il s'agit de Longueuil, Michel Nadeau, estime que quatre mois de salaire auraient été plus adéquats : « la Ville a été un peu généreuse ». Il estime toutefois que ce type d'entente permet d'éviter un éventuel procès qui peut coûter bien plus que 86 000 $.

Épisode de l'eau : communication de crise et crise de communication

À la suite de la contamination de l'eau en janvier 2014, la Ville avait recommandé aux citoyens de boire l'eau alors qu'elle n'avait pas encore réalisé d'échantillonnage. Longueuil avait aussi tardé à réagir aux signalements de citoyens qui constataient un goût et une odeur dans l'eau.

Transparence

Il aura fallu qu'un citoyen fasse une demande d'accès à l'information pour que l'on connaisse les modalités de ce départ. Selon Michel Nadeau, les citoyens devraient être mieux informés, surtout que «l'opinion publique est sensible au traitement des cadres».

« Alors qu'on a demandé de grands sacrifices aux employés, via leurs régimes de retraite, je crois qu'il est important que le traitement des cadres fasse l'objet de plus de transparence, pour maintenir l'équité. »

— Michel Nadeau, directeur général de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques

Longueuil à la recherche d'un nouveau porte-parole

La Ville a publié lundi une offre d'emploi pour remplacer Bernard Bigras. Le titulaire sera, entre autres, « responsable des communications en situation de crise et des mesures d'urgence ». Son salaire sera compris entre 117 754 $ à 147 226 $.