POLITIQUE
07/06/2015 05:00 EDT | Actualisé 07/06/2015 05:00 EDT

Québec s'attaque aux crimes d'honneur et au discours haineux

PC

Le gouvernement du Québec veut agir pour prévenir les crimes d'honneur et lutter contre la radicalisation. Le gouvernement Couillard déposera deux projets de loi dès cette semaine et il présentera un plan d'action pour détecter les jeunes tentés par le djihad, a appris Radio-Canada.

Un texte de Martine Biron

Le premier projet de loi sera déposé à l'Assemblée nationale pour modifier le Code pénal dans le but de « protéger les victimes » et « d'augmenter le pouvoir d'intervention » des policiers et des différents intervenants proches des victimes potentielles.

Québec veut ainsi éviter une autre affaire Shafia. En 2009, Mohammad Shafia, avec son fils et sa deuxième épouse, a soulevé l'indignation en assassinant ses trois filles adolescentes et sa première femme pour laver l'honneur de cette famille afghane de Montréal. Les corps des victimes avaient été retrouvés dans une voiture au fond d'une écluse du canal Rideau à Kingston, en Ontario.

À la suite d'un procès extrêmement médiatisé, les suspects ont été condamnés à la prison à vie.

Dans un avis publié il y a deux ans, le Conseil du statut de la femme invitait d'ailleurs le gouvernement à permettre le recours à l'injonction pour protéger les femmes des mariages forcés.

L'organisme s'inspirait d'une loi britannique de 2008 qui permet aux autorités d'interdire aux parents d'imposer un mariage. « Le refus de se conformer à une telle ordonnance étant considéré comme un outrage au tribunal, il peut entraîner des sanctions », peut-on lire.

Ce projet de loi du gouvernement doit aussi agir contre les discours haineux.

Crimes d'honneur

Au Canada : 17 crimes d'honneur ont fait 21 morts depuis 20 ans

Au Québec : 3 crimes d'honneur ont fait 6 morts

Source: Conseil du statut de la femme (2012)

Prévenir la radicalisation

Québec reverra d'ailleurs complètement sa stratégie d'intervention pour prévenir la radicalisation.

Selon nos sources, le collège de Maisonneuve, à Montréal, est dans la mire du gouvernement. Plusieurs jeunes qui fréquentaient le cégep ont tenté ou sont partis vers la Syrie pour rejoindre le djihad armé. Le ministère de la Sécurité publique entend y intervenir directement.

Un programme de patrouilleurs sera aussi mis sur pied pour détecter les signes de radicalisation et d'extrémisme sur le terrain. Au même moment, les policiers augmenteront significativement la surveillance des médias sociaux.

Enfin, le gouvernement se donne un an pour préparer un programme de déradicalisation. Pour ce faire, il travaillera de concert avec le nouveau centre de prévention à la radicalisation menant à la violence. Le réseau de l'éducation, de la santé et la Sûreté du Québec seront aussi impliqués.

Neutralité de l'État

Comme promis par le premier ministre Philippe Couillard, un deuxième projet de loi sera déposé sur la neutralité de l'État.

Le gouvernement confirmera que les services publics devront se donner à visage découvert. Le voile intégral, comme la burqa ou le niqab, sera interdit.

Le projet de loi respectera l'esprit de la charte des droits et libertés.

À lire aussi :