DIVERTISSEMENT
05/06/2015 10:06 EDT | Actualisé 05/06/2015 10:11 EDT

«Une nouvelle amie»: travelo jusqu'au bout des ongles (PHOTOS/VIDÉO)

Un homme? Non plutôt une femme. Un travelo grotesque ou bien une travestie tendre. Un mari qui refoule son homosexualité ou au contraire un grand amoureux des femmes. Avec Une nouvelle amie, le réalisateur François Ozon signe un film formidable sur l’ambiguïté des genres, tout en finesse et sensibilité.<

Galerie photo «Une nouvelle amie» Voyez les images

Ceux qui le connaissent savent bien que le cinéma d’Ozon n’est sage qu’en apparence. Derrière tout ce décorum et cette belle politesse, se cache en fait le plaisir de la subversion. Après l’histoire d’une jeune prostituée issue de la bourgeoisie parisienne (Jeune et Jolie) et les jeux pervers d’un étudiant vénéré par son professeur de littérature (Dans la maison), le réalisateur de Sous le sable déstabilise nos repères pour mieux secouer nos dogmes.

Librement inspirée de The New Girlfriend, un polar de Ruth Rendell, Une nouvelle amie – dont les scènes extérieures ont été tournées dans la banlieue de Montréal – est un mélodrame bien ficelé à la manière Almodovar ou parfois Hitchcock, c’est selon les moments et les situations. À travers son brouillage de pistes qui vire au thriller, Ozon nous invite dans l’émancipation d’un homme qui se sent femme. Ça parait simple, dit de cette manière, mais dans cette France ampoulée dans ses valeurs traditionnelle, cela devient un petit peu plus compliqué.

Romain Duris est exceptionnel

C’est sur le ton du conte de fée que tout commence. Claire et Laura sont deux amies inséparables. Elles s’adorent depuis leur plus tendre enfance. Elles grandissent ensemble. Soudain, la mort emporte prématurément Laura, laissant derrière elle un mari et un nourrisson. Inconsolable, Claire tombe dans une dépression jusqu’au jour où elle découvre par hasard David, le mari endeuillé de Laura, habillé en femme, avec les talons et la robe de la défunte.

Face à ce malaise, le prolifique réalisateur se fait moins joueur, utilisant la douceur et l’audace pour nous convier dans une autre histoire d’amitié, celle plus subtile et complexe se résumant à l’acceptation de l’autre, et ce malgré les à priori et les jugements. À travers les perruques et le maquillage, il est surtout question de transformation intérieure. David devient Virginia, un transgenre incarné avec brio par le très viril et poilu Romain Duris.

Toutefois, Virginia n’est pas la seule à se libérer. À son contact, Claire aussi devient une autre personne. Ils se comprennent bien ces deux-là. Ils s’aiment et se désirent sans jamais savoir exactement ce qu’ils aiment et ce qu’ils désirent. La transgression et les fantasmes inassouvis composent cette amitié moderne, ode à la liberté, voilà tout.

Une nouvelle amie – Métropole Films Distribution – Comédie dramatique – 107 minutes – Sortie en salles le 5 juin 2015 – France.