NOUVELLES
04/06/2015 00:40 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

FIFA: Blazer et d'autres membres du comité exécutif ont reçu des pots-de-vin

NEW YORK, États-Unis - Chuck Blazer, un ancien membre du comité exécutif de la FIFA, a avoué à un juge fédéral américain que des collègues et lui ont accepté des pots-de-vin en vue des scrutins visant à nommer les pays hôtes des Coupes du monde de soccer de 1998 et de 2010.Des procureurs américains ont dévoilé mercredi une transcription de son audition, comptant 40 pages, tenue le 25 novembre 2013 dans une cour de district des États-Unis. Blazer avait alors plaidé coupable à diverses accusations, incluant du racket.En reconnaissant sa culpabilité à 10 chefs d'accusation de conduite illégale, Blazer avait raconté comment il avait agi dans le dossier du scrutin qui a permis à l'Afrique du Sud de devenir la première nation du continent africain à accueillir l'événement le plus prestigieux du soccer, à l'été de 2010.«À partir de ou aux alentours de 2004, et jusqu'en 2011, moi et d'autres membres du comité exécutif de la FIFA avons accepté des pots-de-vin en lien avec la sélection de l'Afrique du Sud pour organiser la Coupe du monde de 2010», a déclaré Blazer au juge de district Raymond J. Dearie.Lors du scrutin, l'Afrique du Sud a obtenu 14 votes contre dix pour le Maroc.Blazer a occupé le poste de secrétaire général de la CONCACAF de 1990 à 2011 et a oeuvré au sein du comité exécutif de la FIFA de 1997 à 2013.En 2008, le président de l'Association sud-africaine de football, Molefi Oliphant, a acheminé une lettre au secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, lui demandant de retenir la somme de 10 millions $ US du budget d'organisation de la Coupe du monde de 2010, et d'utiliser cet argent pour financer un «Diaspora Legacy Programme» sous la supervision de Jack Warner, alors président de la CONCACAF.Le ministre des sports d'Afrique du Sud, Fikile Mbalula, a nié que cet argent constituait un pot-de-vin, affirmant qu'il s'agissait d'un «paiement conforme» visant à aider le développement du soccer dans les Caraïbes.Blazer a aussi déclaré avoir été mêlé à d'autres pots-de-vin vers 1992 lors du scrutin visant à nommer le pays hôte du tournoi en 1998. La France l'a emporté avec 12 votes contre sept pour le Maroc.Warner fait partie d'un groupe de 14 responsables et partenaires de la FIFA nommés dans un acte d'accusation rendu public la semaine dernière, et qui inclut une accusation selon laquelle un membre du comité de candidature du Maroc avait offert un paiement d'un million de dollars. Blazer, dont le plaidoyer de culpabilité a été dévoilé la semaine dernière, a déclaré avoir accepté avec d'autres personnes de «faciliter le consentement d'un pot-de-vin».Blazer a également reconnu des actes de corruption liés à la présentation de la Gold Cup de la CONCACAF, le plus important tournoi réservé aux équipes nationales dans la région.«Vers 1993 et jusqu’au début des années 2000, j’ai accepté, avec d’autres, de recevoir des pots-de-vin en rapport avec la diffusion et d’autres droits des Gold Cups de 1996, 1998, 2000, 2002 et 2003», a-t-il confirmé.Bien que plusieurs des allégations aient été rendues publiques la semaine dernière, la transcription de l'audience tenue à huis clos, il y a un peu plus de 18 mois à Brooklyn, est attribuée directement à Blazer, qui a déjà été le dirigeant de soccer le plus puissant des États-Unis. Les allégations avancées par Blazer ont contribué à une enquête de procureurs américains, qui prévoient que d'autres personnes seront accusées.Le président de la FIFA, Sepp Blatter, à la tête de l'organisation depuis 1998, a annoncé mardi qu'il démissionnait de ses fonctions. L'annonce est survenue six jours après le dévoilement de l'acte d'accusation, et quatre jours après sa réélection pour un cinquième mandat. Les 209 nations membres de la FIFA devraient élire un nouveau président entre les mois de décembre 2015 et mars 2016.