NOUVELLES
03/06/2015 07:22 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Platini, "président faible de l'UEFA", pas un bon candidat pour la Fifa, selon Transparency international

Michel Platini est un "président faible de l'UEFA" qui ne répond pas au besoin d'une "forte personnalité" à la présidence de la Fifa, a déclaré Sylvia Schenk, responsable du dossier sport à l'ONG Transparency international, mercredi, au lendemain de la démission de Joseph Blatter.

"Platini est un président faible de l'UEFA et j'ai du mal à m'imaginer qu'il serait un président fort de la Fifa", a dit Schenk à l'agence allemande SID, filiale de l'AFP, soulignant que l'instance mondiale "a besoin d'une forte personnalité à sa tête".

Elle accorde sa préférence à un autre français, Jérôme Champagne, ancien responsable des relations internationales de la Fifa qui n'avait pas présenté les cinq lettres de parrainage nécessaires pour être enregistré comme candidat à l'élection" présidentielle.

"C'est un homme avisé qui serait certainement un bon candidat. Il a de bonnes idées et, par dessus tout, a aussi des concepts pour les nouvelles structures", estime la responsable allemande, soulignant que Champagne "vient du football et a aussi de bonnes connections politiques".

Selon elle, la Fifa doit avoir recours à des experts externes dans sa quête d'une nouvelle direction et de nouvelles structures.

Concernant la démission surprise de Joseph Blatter, quatre jours après sa réélection, la responsable de l'ONG pense que le Suisse "a cherché une sortie honorable" avec la possibilité "d'influer encore sur les réformes" jusqu'à de nouvelles élections.

Un congrès extraordinaire électif doit se tenir entre décembre 2015 et mars 2016 pour désigner le successeur de Blatter au sein d'une instance secouée par des scandales de corruption.

Le prince Ali de Jordanie, candidat malheureux contre Blatter vendredi dernier, se présentera de nouveau à une nouvelle élection, a déclaré mardi à l'AFP un de ses adjoints.

sg/jcp