NOUVELLES
03/06/2015 05:58 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Piraterie maritime: Le Togo annonce un sommet des dirigeants africains

Les dirigeants africains se réuniront du 2 au 7 novembre en sommet extraordinaire à Lomé pour adopter une charte en vue de lutter contre la piraterie maritime, ont annoncé mardi soir les autorités togolaises.

"Un sommet extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) sur la sécurité maritime et le développement en Afrique se tiendra à Lomé du 2 au 7 novembre, afin d'apporter des réponses appropriées, globales et panafricaines aux problèmes de l'insécurité maritime", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Robert Dussey à la presse.

"Au moins 205 attaques de navires ont été enregistrées dans le Golfe de Guinée de 2005 à mai 2015. Les côtes togolaises ont enregistré huit attaques dont sept déjouées par la marine togolaise. C'est un honneur pour le Togo non seulement d'abriter ce sommet, mais de réussir le challenge de faire adopter à tous les pays africains une charte qui sera ensuite présentée au Conseil de sécurité des Nations Unies", a poursuivi M.Dussey.

La zone côtière s'étendant du Sénégal à l'Angola est devenue, selon les experts, la nouvelle plaque tournante de la piraterie en Afrique, prenant le relais du golfe d'Aden, du côté oriental de l'Afrique, où le phénomène, un temps spectaculaire, a quasiment disparu devant le déploiement d'une armada militaire internationale.

Pour l'instant, seules quelques initiatives nationales, bilatérales ou régionales existent pour faire face à la piraterie dans le golfe de Guinée.

En juin 2013, des dirigeants d'Afrique centrale et occidentale ont élaboré à Yaoundé, une stratégie régionale, basée sur "la mutualisation des moyens" pour venir à bout des pirates.

Les chefs d'état-major de quatre pays ouest-africains(Bénin, Niger, Nigeria et Togo) ont également décidé en août 2013 à Lomé, de créer un "centre de coordination maritime".

Le Nigeria, pays le plus affecté avec 45% des attaques recensées dans le golfe de Guinée en 2012, avait déjà lancé en 2011 avec le Bénin une initiative baptisée "Opération prospérité", pour mener des patrouilles mixtes au large des côtes béninoises.

ek/cdc/jhd