NOUVELLES
03/06/2015 17:01 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Nouvel échec pour Uber à New Delhi

Les autorités de New Delhi ont rejeté mercredi de nouvelles demandes du service de voitures avec chauffeur Uber, basé aux Etats-Unis, et de deux compagnies rivales, pour opérer dans la capitale indienne, portant un nouveau coup à cette société.

Ces compagnies "se sont vu demander de fournir des informations comme les adresses de leurs chauffeurs afin de régulariser leurs services, mais elles ne s'y sont pas conformé", a déclaré le ministre des Transports de la ville Gopal Rai, cité par l'agence de presse PTI.

Les compagnies n'ont également pas été en mesure de fournir une attestation confirmant qu'elles s'étaient bien conformé aux demandes qui avaient conduit à une précédente interdiction.

Le gouvernement de la ville de New Delhi avait décidé d'interdire Uber après le viol présumé d'une jeune femme par l'un de ses chauffeurs. La compagnie avait toutefois repris son service après avoir déposé une nouvelle demande de licence.

La police indienne a arrêté mardi un chauffeur de voiture Uber accusé de harcèlement sexuel par une passagère, relançant les inquiétudes sur la sécurité des voitures opérant avec cette compagnie.

Uber, qui met en relation des passagers et les chauffeurs à travers une application pour smartphone, a connu un développement rapide ces dernières années mais doit faire face dans de nombreuses villes ou pays à l'hostilité des chauffeurs de taxi classiques et des autorités locales.

bb/mtp/cr/gg