NOUVELLES
03/06/2015 06:55 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Navire naufragé en Chine: poursuite des secours, les familles espèrent un "miracle"

Les espoirs s'amenuisaient d'heure en heure mercredi de retrouver de nouveaux survivants dans l'épave du bateau de croisière chinois qui a sombré lundi dans le Yangtsé avec plus 450 personnes à bord, des proches de disparus étant réduits à prier pour un "miracle".

En milieu d'après-midi, le bilan de la catastrophe, qui a pris une ampleur nationale, était toujours de 14 survivants et de 19 corps repêchés, certains retrouvés à une cinquantaine de kilomètres en aval.

Les recherches pour retrouver les corps emportés par les eaux s'étendaient désormais jusqu'à la ville de Wuhan (centre), 220 kilomètres en aval du naufrage, ont annoncé les autorités mercredi matin, citées par la télévision d'Etat CCTV.

Sur place, sous une pluie battante, les secours, aidés d'une centaine de plongeurs, s'affairaient à fouiller l'épave du Dongfangzhixing ("Etoile de l'Orient"), dont la coque retournée émergeait toujours de la zone où le bateau s'est échoué par 15 mètres de fond.

"J'espère un miracle", a déclaré un résident de la ville de Chongqing dont le père était employé sur le bateau depuis 10 ans, selon le quotidien China Daily.

Le bilan humain promet d'être très lourd, la plupart des passagers étant des retraités qui se sont retrouvés piégés à l'intérieur du navire ou emportés par le fleuve.

L'Etoile de l'Orient a chaviré en moins de deux minutes lundi soir sous un violent orage, avec 456 personnes à son bord, selon un dernier décompte officiel incluant passagers et membres d'équipage. Aucun ressortissant étranger n'a été mentionné.

- Victime d'une tornade -

Les services de la météo chinoise ont assuré que le drame a été provoqué par le passage d'un petite tornade, accompagnée de vents de plus de 117 km/h, durant 15 à 20 minutes.

"Un phénomène rare, qui se produit environ tous les cinq ans", a indiqué une responsable du Bureau d'Etat à la météorologie (BEM) lors d'une conférence de presse tenue à Jianli.

Aucune mention du nombre de victimes n'a été faite durant cet exercice de communication des autorités, où aucune question n'a été autorisée.

Sauvés tous les deux, le capitaine et le chef mécanicien, qui ont déclaré eux aussi que le bateau avait été pris dans une "tornade", étaient entre les mains de la police pour les besoins de l'enquête.

Le navire assurait la liaison entre deux anciennes capitales chinoises, Nankin (est) et Chongqing (centre), avant de couler dans la région de Jianli (province du Hubei).

- Colère des familles -

A Shanghai, d'où étaient originaires une centaine de passagers, les proches des disparus ont laissé éclater leur colère mercredi devant la municipalité, indignés d'être laissés sans nouvelles.

Une vive confrontation a eu lieu avec les forces de l'ordre qui voulaient les déloger, ont-ils raconté à l'AFP.

Dans un hôpital de Jianli, un couple recherchait désespérément un oncle et une tante disparus dans le naufrage et dont ils ont récupéré le fils.

"On a roulé toute la nuit, de 10H00 du soir à 06H00 du matin" depuis Nankin, à 750 km, a déclaré la femme.

"Leur fils a pu se rendre sur les lieux du drame", a-t-elle indiqué, ajoutant: "On ne sait vraiment pas grand chose".

Beaucoup de proches se plaignaient du peu d'informations fourni par les autorités.

Deux rescapés étaient en salle de soins intensifs, gardés par la sécurité.

L'accès au site du navire est strictement contrôlé, avec des barrages de police dressés deux kilomètres avant.

Les autorités ont demandé mercredi à une équipe de l'AFP de quitter les lieux.

Un funérarium était également interdit d'accès par la sécurité.

Selon une directive des autorités publiée par le média indépendant China Digital Times, "toute couverture (du naufrage) doit utiliser l'information publiée par les médias reconnus" par les autorités.

Sur place, les plongeurs doivent faire face à de forts courants et une absence quasi totale de visibilité, a indiqué un responsable des secours, Zhang Jianxin.

"Les plongeurs ne peuvent s'en remettre qu'à leurs mains et tâtonner sous l'eau", a-t-il déclaré, soulignant: "C'est un bateau de croisière, il y a beaucoup de cabines (...), c'est une épreuve difficile pour les plongeurs".

La catastrophe a mobilisé des milliers d'hommes, notamment des soldats, arrivés par camions entiers, tandis que le Premier ministre Li Keqiang était montré à la télévision prenant sur place mardi la direction des opérations.

Le débit des turbines de l'énorme barrage des Trois gorges, situé en amont sur le Yangtsé, le plus long fleuve d'Asie (6.300 km), a été ralenti pour faciliter les opérations des plongeurs.

Depuis le Vatican, le pape François a envoyé un message de condoléances "au peuple chinois dans ce moment difficile", assurant qu'il "priait pour les victimes, leurs familles et tous ceux engagés dans les secours".

bur-nc/ple/seb/amd