NOUVELLES
03/06/2015 07:50 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Migrants illégaux: un général thaïlandais se rend à la justice

BANGKOK - Un général de l'armée thaïlandaise soupçonné d'avoir trempé dans un scandale de traite de personnes s'est livré à la justice mercredi.C'est la première fois qu'un officier militaire est éclaboussé depuis l'ouverture d'une vaste enquête le mois dernier.Plus de 50 personnes, dont des politiciens et des dirigeants locaux, ont été arrêtés après la découverte de 36 corps abandonnés dans des camps près de la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie. Les cadavres étaient apparemment ceux de membres de la minorité rohingya.La police tente de retracer une trentaine d'autres suspects.Le lieutenant-général Manas Kongpaen est un conseiller de l'armée thaïlandaise qui supervisait jadis la lutte à la traite de personnes dans une province côtière du pays. Il doit maintenant répondre de multiples accusations de traite de personnes, d'avoir aidé des étrangers à entrer illégalement au pays, de détention illégale et d'avoir exigé des rançons des migrants.Le chef de la police nationale, Somyo Poompanmoung, a dit aux journalistes que le militaire nie avoir quoi que ce soit à se reprocher.Près de 5000 personnes sont arrivées illégalement en Malaisie, en Thaïlande et dans d'autres pays de la région au cours des dernières semaines. Des milliers d'autres seraient coincées en mer après avoir été abandonnées par les passeurs.Par ailleurs, le groupe humanitaire Arakan Project, qui s'intéresse au sort des Rohingyas, rapporte que des dizaines de corps en état de décomposition se sont échoués depuis un mois sur les rives de l'État birman de Rakhine. Les victimes semblent être des Rohingyas ou des Bangladais qui ont tenté de s'échapper des navires des passeurs.La plupart d'entre elles se seraient noyées en tentant de nager jusqu'à la rive.