NOUVELLES
03/06/2015 05:46 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Merck KGaA: traitement anticancer "dès 2017" issu de l'alliance avec Pfizer

Le groupe allemand de chimie-pharmacie Merck KGaA espère pouvoir commercialiser un premier traitement contre le cancer "dès 2017", fruit de sa récente alliance avec l'américain Pfizer autour d'une molécule prometteuse, a annoncé l'une de ses dirigeantes mercredi.

"Nous voulons commercialiser Avelumab dès 2017. Nous avons bon espoir de l'introduire sur le marché pour un premier type d'usage à cette date, si tout se passe comme prévu", a confié Belén Garijo, directrice de la division pharmaceutique de l'allemand, au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ).

La première application potentielle du traitement serait toutefois très spécifique, a-t-elle précisé. Il pourrait être utilisé contre le carcinome à cellules de Merkel, une forme rare de cancer de la peau.

Merck KGaA et le géant américain Pfizer avaient annoncé en novembre une alliance pour co-financer les recherches de l'allemand dans le domaine de l'immuno-oncologie: une nouvelle approche qui consiste à stopper le mécanisme permettant aux cellules cancéreuses de tromper les cellules tueuses du corps humain. Au centre de cet accord, un principe actif nommé Avelumab: il fait partie d'une nouvelle catégorie d'anticorps qui pourraient se révéler efficace contre toute une variété de cancers.

Avec leur rapprochement, Pfizer et Merck KGaA doivent engager cette année jusqu'à 20 nouveaux programmes de recherche sur la molécule.

L'étude clinique de son utilisation contre le carcinome à cellules de Merkel n'est encore qu'en phase II, une étape traditionnellement suivie par plusieurs années avant qu'une commercialisation soit possible.

Mme Garijo n'a pas souhaité commenter concrètement la manière dont Merck KGaA et Pfizer pourraient accélérer la procédure et atteindre une commercialisation plus rapide que prévu, selon le FAZ.

A l'heure actuelle, seule une application de l'Avelumab se trouve en phase III, l'étape clinique la plus avancée avant commercialisation, rappelle le quotidien. Il s'agit d'un traitement contre une forme particulière de cancer du poumon. Les résultats de l'étude clinique sont attendus pour 2021.

Dans le cadre de leur alliance, Merck KGaA et Pfizer testent leur produit phare pour combattre huit différents types de tumeurs pouvant toucher les poumons, les ovaires, l'estomac, le cerveau, la gorge, la vessie, les reins et la plèvre.

Pfizer a accepté de payer d'entrée 850 millions de dollars à Merck KGaA pour assurer le développement. Il lui versera jusqu'à 2 milliards de dollars supplémentaires si la molécule devait tenir ses promesses.

L'enjeu est de taille pour l'américain, dont de nombreux traitements phares vont tomber dans le domaine public au cours des trois prochaines années. L'allemand cherche lui à se positionner sur un secteur prometteur: il avait jusqu'ici du retard sur ses concurrents en matière d'immuno-oncologie.

rfo/mtr/ros

MERCK KGAA

PFIZER