NOUVELLES
03/06/2015 15:35 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Les négociations sur le nucléaire iranien reprennent jeudi à Vienne

Les négociations internationales sur le programme nucléaire iranien reprennent jeudi à Vienne avec l'espoir de sceller le 30 juin un accord définitif entre les grandes puissances et l'Iran, a indiqué mercredi la diplomatie américaine.

Le département d'Etat a confirmé que sa directrice politique et négociatrice sur le dossier iranien, Wendy Sherman, était déjà dans la capitale autrichienne pour des entretiens avec ses homologues du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sous l'égide de l'Union européenne.

"Ils commenceront demain (jeudi) les réunions avec la délégation iranienne conduite par le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi", a dit la porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères Marie Harf.

"Je crois que c'est là (à Vienne) que l'action pour ces discussions va se dérouler jusqu'au 30 juin", la date butoir pour trouver un règlement, a ajouté Mme Harf. Elle n'en a pas dit davantage sur le programme de son ministre John Kerry, convalescent après s'être cassé le fémur dimanche en vélo dans les Alpes françaises mais qui entend boucler personnellement les pourparlers à la fin du mois.

Le programme nucléaire controversé iranien empoisonne la communauté internationale depuis 2003 et le groupe 5+1 négocie depuis l'automne 2013 avec l'Iran pour trouver un moyen de contrôler les ambitions nucléaires de Téhéran en échange d'une levée des sanctions internationales. Après un accord provisoire en novembre 2013 à Genève et un accord de principe le 2 avril dernier à Lausanne, les parties ont jusqu'au 30 juin pour graver dans le marbre un texte complet et définitif.

Les dernières discussions entre John Kerry et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, samedi à Genève, n'ont pas permis d'aplanir les divergences, notamment sur la question de l'inspection des sites militaires iraniens.

Mme Harf a également rappelé deux autres sujets en discussions: le rythme de levée des sanctions et la réduction à 300 kg, contre plusieurs tonnes actuellement, des stocks d'uranium faiblement enrichi de l'Iran qui s'engagerait à ne pas dépasser ce plafond durant 15 ans.

Selon l'accord-cadre de Lausanne "l'Iran s'est engagé à descendre à 300 kg. Ils s'y sont déjà engagés (...) Nous sommes confiants sur le fait d'y arriver" en cas de règlement définitif fin juin, a martelé la porte-parole américaine.

nr/faa