NOUVELLES
03/06/2015 15:55 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Jordanie: des centaines de réfugiés syriens bloqués dans le désert (HRW)

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a accusé mercredi Amman de bloquer des centaines de réfugiés syriens dans le désert jordanien, près de la frontière avec la Syrie, avec un accès limité à l'aide humanitaire.

Le gouvernement jordanien a rejeté en soirée les accusations de HRW, affirmant que la Jordanie "continue à adopter une politique de frontières ouvertes devant les réfugiés syriens".

Dans son communiqué, l'ONG accuse les autorités jordaniennes d'avoir "fortement limité" depuis fin mars 2015 le mouvement de réfugiés dans la partie orientale du pays, bloquant des centaines de Syriens dans des zones désertiques reculées du côté jordanien de la frontière.

L'organisation, qui dit se fonder sur des images satellite et des témoignages de travailleurs humanitaires internationaux, affirme que ces réfugiés syriens "ont un accès limité à la nourriture, l'eau et l'assistance médicale".

"La Jordanie doit permettre aux personnes bloquées d'aller plus loin en Jordanie et au Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) de les enregistrer comme demandeurs d'asile", a encore ajouté HRW.

Selon l'organisation basée à New York, des images satellite récentes montrent un grand groupe de personnes avec quelques tentes du côté jordanien de la frontière, près de points de passages officieux empruntés par les réfugiés fuyant la guerre en Syrie. La Jordanie a fermé les deux points de passages officiels entre les deux pays, en raison des violences.

Au 10 avril, des organisations humanitaires estimaient à 2.500 le nombre de réfugiés bloqués dans le désert jordanien près des frontières syriennes. Mais selon un travailleur humanitaire cité par HRW, ils n'étaient plus que 1.000 à la fin mai, les gardes-frontières ayant permis à une partie des réfugiés de quitter la zone.

La Jordanie "a fait de grands efforts pour répondre aux besoins des réfugiés", déclare Nadim Houry, directeur-adjoint de HRW pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord dans le communiqué, "mais ceci n'est pas une excuse pour abandonner les nouveaux-venus pendant des semaines dans des zones frontalières reculées, sans protection ni accès régulier à l'aide".

Le porte-parole du gouvernement jordanien, Mohamed Moumani, a répondu lors d'une conférence de presse mercredi à Amman que la Jordanie n'avait "pas besoin de se défendre quand il s'agit de réfugiés syriens".

"Aujourd'hui, 136 réfugié syriens ont traversé la frontière jordanienne et ils ont été accueillis, enregistrés" (...), puis envoyés au camp de réfugiés", a-t-il indiqué.

Les autorités jordaniennes annoncent quasi-quotidiennement l'entrée de plus de 100 Syriens sur leur territoire.

"Nous avons déjà reçu 1,4 millions de réfugiés syriens, ce qui représente 20% de la population du royaume", a ajouté M. Moumani, appelant la communauté internationale à soutenir son pays.

Sur les 1,4 million annoncés par Amman, seulement quelque 600.000 Syriens sont enregistrés auprès du HCR en Jordanie, selon l'organisme.

kt-ila/cbo