NOUVELLES
03/06/2015 13:37 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

FIFA : qui sont les six hommes visés par Interpol?

Voici plus de détails sur les six hommes visés par les avis de recherche internationaux lancés mercredi par l'organisation internationale de coopération policière Interpol.

La Fédération internationale de football association (FIFA) est au coeur d'un scandale de corruption depuis que de hauts dirigeants de l'organisation ont été arrêtés dans leur hôtel à Zurich et extradés aux États-Unis le 27 mai.

Le président de l'organisation, Joseph Sepp Blatter, a démissionné mardi, malgré sa réélection le 29 mai. Celui-ci fait l'objet d'une enquête du département de la Justice des États-Unis et du FBI, selon la chaîne de télévision américaine ABC. Il était en poste depuis 1998.

Le numéro deux, Jack Warner

Originaire de Trinité-et-Tribago et âgé de 72 ans, cet homme a été le vice-président de la FIFA pendant près de 30 ans, jusqu'en 2011. Il était aussi membre du comité exécutif et président de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF) et le président de la Fédération des Caraïbes (CFU).

Il a démissionné de ces postes en 2011. Du coup, la commission d'éthique a suspendu toutes les procédures entamées contre lui, et la présomption de son innocence demeure.

M. Warner fait face à des accusations pour fraude, corruption et blanchiment d'argent. Il a été arrêté à son domicile, puis relâché.

Un ex-président

Nicolas Leoz a présidé la Confédération sud-américaine (CONMEBOL) de 1986 à 2013. Il était aussi membre du comité exécutif de la FIFA depuis 1998. Il a donné sa démission en 2013 pour des « raisons personnelles et de santé », selon un communiqué de la FIFA. L'homme âgé de 86 ans est originaire du Paraguay.

Les cinq accusations portées contre lui sont les mêmes que celles de Jack Warner, et il a également été arrêté chez lui. Il doit rester à son domicile.

Un père et son fils

Les Argentins Hugo et Mariano Jinkis, âgés respectivement de 40 ans et 70 ans, dirigent la compagnie de marketing sportif Full Play SA.

L'entreprise, basée en Argentine, détient entre autres les droits de diffusion des matchs de qualification sud-américains pour le Mondial de la FIFA, selon l'Agence France-Presse.

Hugo et Mariano Jinkis font face à trois chefs d'accusation, soit de conspiration pour fraude, corruption et blanchiment d'argent.

Patron d'un ex-diffuseur du Mondial

Alejandro Burzaco, 50 ans, dirige l'entreprise de marketing sportif Torneos y competencias, basée en Argentine. Cette société a aussi détenu les droits de diffusion de matchs de la FIFA en 1998, en 2006 et en 2010.

L'Argentin fait face à trois chefs d'accusation, les mêmes que les Jinkis. Selon l'Agence France-Presse, Hugo Jinkis, Mariano Jinkis et Alejandro Burzaco sont accusés d'avoir versé plus de 100 millions de dollars américains en pots de vin à l'organisation de tournois de soccer pour la vente des droits médiatiques et commerciaux.

Dirigeant d'une chaîne de télévision

José Margulies, 75 ans, né au Brésil, dirige l'entreprise Valente Corp. et Somerton ltée, une chaîne de télévision brésilienne. Il est aussi connu sous le nom de José Lazaro.

Il fait lui aussi face à trois chefs d'accusation, soit de conspiration pour fraude, corruption et blanchiment d'argent.

Il est accusé d'avoir servi d'intermédiaire pour faciliter les paiements entre des membres de sociétés en marketing sportif et des hauts placés du monde du soccer, selon le département de la Justice des États-Unis.