NOUVELLES
03/06/2015 09:28 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Des ONG étrangères menacées d'interdiction dans l'est de l'Ukraine (décret des séparatistes)

Les ONG étrangères soutenant des "points de vue nationalistes ukrainiens" vont être interdites en République populaire autoproclamée de Donetsk, selon un décret du "président" séparatiste Alexandre Zakhartchenko rendu public mercredi.

Les autorités de la "République populaire de Donetsk" (DNR) ont décidé de prendre cette mesure après avoir relevé sur leur territoire un accroissement des activités d'ONG utilisées comme "couverture pour se livrer à l'espionnage" et "menaçant la sécurité de l'Etat", est-il écrit dans ce décret signé mardi.

Le texte interdit en DNR les "activités des ONG étrangères, financées par des pays étrangers, qui soutiennent des points de vue nationalistes ukrainiens et aident directement au plan militaire, politique, économique et de l'information la partie ukrainienne".

Le "ministère" de la Sécurité nationale de la DNR va établir d'ici au 30 juin la liste des ONG étrangères opérant sur le territoire et définir celles dont les activités seront interdites, est-il ajouté.

Fin avril, sept membres de l'ONG International Rescue Committee (IRC), des Américains et des Européens, avaient été expulsés pour "espionnage" et leur bureau fermé à Donetsk.

Selon les autorités rebelles, huit autres employés étrangers d'ONG ont déjà été expulsés depuis le début du conflit, en avril 2014, des territoires aux mains des séparatistes, où sont présentes de nombreuses organisations internationales telles que le Comité International de la Croix Rouge et Médecins sans Frontières.

Des ONG de défense des droits de l'Homme comme Amnesty International et Human Rights Watch opèrent également dans la zone contrôlée par les rebelles.

Dans un rapport publié en mai, Amnesty avait dénoncé le recours régulier à la torture et à d'autres mesures extrajudiciaires à l'encontre des prisonniers et des civils, du côté des rebelles, mais aussi de l'armée ukrainienne.

Le conflit entre rebelles prorusses et forces de Kiev dans l'est de l'Ukraine a fait plus de 6.400 morts depuis son déclenchement.

Kiev et l'Occident accusent le Kremlin de soutenir et d'armer les séparatistes prorusses, ce que Moscou nie catégoriquement.

Le président russe Vladimir Poutine a récemment lui-même promulgué une loi permettant aux autorités d'interdire les organisations étrangères installées en Russie considérées comme "indésirables" par l'État.

lap/nm/bds