NOUVELLES
03/06/2015 12:14 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Des mères demandent à leur enfant parti faire le djihad à l'étranger de revenir

BERLIN - Des mères originaires de plusieurs pays occidentaux — dont le Canada — ont lancé un appel, mercredi, pour que leurs enfants partis combattre à l'étranger aux côtés des extrémistes reviennent à la maison.Des femmes de sept pays, incluant le Canada, la France et les États-Unis, ont publié une lettre ouverte sur un site Internet adressée à leurs fils et filles dans laquelle ils citent des passages du Coran pour justifier leur retour au pays.Le groupe Mothers for Life — formé de mères musulmanes et non-musulmanes — a écrit que l'Islam prescrivait aux enfants d'honorer leurs parents et de leur épargner de la souffrance. Les femmes ont ajouté que le prophète Mahomet avait dit que le «paradis» se trouvait auprès des parents. En s'enrôlant au sein du groupe armé État islamique (ÉI), ces enfants «piétineraient», l'honneur voué à leur mère et leur père, ajoutent-elles.Des milliers de jeunes hommes et femmes de pays occidentaux sont partis à l'étranger pour grossir les rangs des extrémistes en Irak et en Syrie dans les dernières années. Ces combattants sont souvent recrutés par d'autres militants sur Internet.Par cette lettre, Mothers for Life souhaite défier publiquement ceux qui ont encouragé leurs proches à se battre à l'étranger.«Les médias sociaux semblent être leur force pour attirer notre jeunesse. Nous devons combattre le feu par le feu», a expliqué la canadienne Chris Boudreau, dont le fils Damian Clairmont a été tué en Syrie l'année dernière alors qu'il était aux côtés du groupe armé ÉI. Mme Boudreau a expliqué que Damian avait été approché directement par des individus à Calgary. Il s'était converti à l'Islam à l'adolescence. Le jeune homme de 22 ans aurait perdu la vie lors de combats à Alep, à l'hiver dernier.Le collectif voudrait aussi attirer l'attention des gouvernements afin qu'ils écoutent davantage les familles qui vivent avec ce problème.Mothers for Life est dirigé par l'Institut allemand d'études sur la radicalisation et la déradicalisation à Berlin. Plusieurs de ses membres sont de confession musulmane et ils sollicitent régulièrement l'opinion des experts de l'Islam pour réfuter les arguments des extrémistes.