NOUVELLES
03/06/2015 10:29 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

De Washington à Hirochima, des maires réunis à Montréal pour aborder le « vivre ensemble »

La métropole québécoise accueillera la semaine prochaine les maires d'une trentaine de grandes villes pour un sommet portant sur la sécurité et l'intégration.

« Je pense sérieusement que la notion du "vivre ensemble" sera l'enjeu des dix prochaines années », a déclaré le maire de Montréal, Denis Coderre, mercredi, en donnant les grandes lignes d'un sommet consacré à ce thème qui se déroulera à Montréal les 10 et 11 juin.

Parmi les maires ayant confirmé leur présence, on retrouve ceux de Paris, Bruxelles, Washington, Miami, Hiroshima, Johannesburg, Beyrouth, Dakar et, plus près de nous, Québec, Toronto et Halifax.

Le sommet aura lieu au siège de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

Le maire Coderre affirme que l'objectif premier de ce sommet est de consolider le rôle de Montréal sur la scène internationale.

Mais, plus encore, le maire de Montréal veut explorer le thème du « vivre ensemble » avec ses collègues parce qu'il estime que les villes ont un rôle crucial à jouer sur deux plans : l'ouverture et la vigilance.

Ouverture et vigilance

L'ouverture car, qui dit villes dit diversité. À Montréal, par exemple, des représentants de 120 pays cohabitent et parlent 200 langues différentes. L'ex-maire de Paris Bertrand Delanoë avait déclaré que « Montréal était la capitale du "vivre ensemble" », se plaît à rappeler Denis Coderre.

Et vigilance car, comme l'explique le maire Coderre en substance, les citadins sont exposés à toutes sortes de phénomènes et, afin de leur assurer une certaine qualité de vie, il faut faire de la prévention et appliquer des mesures de sécurité.

Denis Coderre avait annoncé la tenue de ce sommet lors de sa visite à Paris en février dernier. La France, et avec elle le monde entier, se relevait à peine de l'attaque perpétrée contre l'équipe du Charlie Hebdo et contre une épicerie casher.

Des refuges qui se doivent d'être sécuritaires

« Nos villes sont des villes refuges, inclusives, très créatives, dans lesquelles la sécurité doit être assurée. La sécurité est non négociable. Mais nous devons aussi faire en sorte que des villes cosmopolites comme les nôtres puissent continuer à faire vivre cette diversité sans confrontation. Nous marchons sur ces deux pieds », avait alors expliqué la mairesse de Paris, Anne Hidalgo.

Un panel d'experts fera des présentations aux participants. Il sera composé de Hedieh Mirahmadi, présidente et fondatrice du World Organization for Resource Development and Education (WORDE), de Marie-Hélène Bacqué, sociologue, urbaniste et professeure à l'Université Paris Ouest Nanterre et de Julie-Anne Boudreau, chercheure et professeure à l'Institut national de recherche scientifique.

Au terme des deux jours de sommet les participants élaboreront « la déclaration de Montréal » et procéderont à la création d'un observatoire.