Citilegs: le projet Instagram de la photographe Stacey Baker pour mettre en valeur les jambes de toutes les tailles (PHOTOS)

On sait que les jambes viennent dans toutes les tailles et les formes et sont toutes aussi belles les unes que les autres. Stacey Baker a décidé de le prouver.

La photographe du New York Times utilise son compte Instagram personnel (@stace_a_lace), pour montrer au monde à quel point les jambes peuvent être belles.

Baker photographie les femmes à travers New York, puis publie les images sur son compte Instagram, avec le mot-clic #CitiLegs.

Chaque photo permet de poser un regard unique sur le modèle, tout en mettant l’accent sur les vêtements qu’il porte.

Selon Slate, le projet a commencé quand Baker a aperçu les jambes et la coupe d’un manteau d'une femme en marchant devant l’hôtel Astoria. Elle a demandé à la femme si elle pouvait la photographier, la femme a accepté et le reste est connu.

« J’adore le fait que ce soit une espèce d’heureux hasard, a indiqué Baker. Je vois le sujet, lui demande de participer, trouve un mur approprié et prends une photo. Le tout se déroule en moins de dix minutes. Le fait que la plupart des femmes à qui je demande sont non seulement prêtes à s’arrêter, mais aussi à déposer leur sac, enlever leur manteau, ajuster leur chemise et se tenir les mains dans les airs – le tout pour une étrangère – ne cesse jamais de m’émerveiller. »

Pour la photographe, ce sont bien plus que des photos de jambes.

« Mes photos favorites sont celles qui deviennent autre chose que des jambes; celles qui deviennent presque des sculptures. Je sais que ce sont seulement des photos de jambes de femmes prises contre un mur, mais occasionnellement, ça devient quelque chose de plus. »

Et on est d’accord. Regarder ces jambes permet de voir au-delà des simples jambes. Les clichés permettent aussi de remettre en question nos critères de beauté, vu que chaque corps est différent.

Une autre note intéressante: même si les jambes sont présentées comme des fragments du corps féminin, elles ne deviennent pas des objets de désir. Elles ne sont pas sexualisées et présentent les jambes de femmes tout simplement comme des jambes.

Baker a admis qu’« aussi quétaine que ça puisse paraître, je pense que c’est une célébration du corps féminin ».

Pour voir plus de photos de Citilegs, c’est ici:

Citilegs