NOUVELLES
03/06/2015 16:33 EDT | Actualisé 03/06/2016 01:12 EDT

Centrafrique: l'ONU lancera une enquête externe sur les allégations d'agressions

Le chef de l'Organisation des Nations unies (ONU) a ordonné, mercredi, une enquête indépendante sur la gestion des allégations d'agressions sexuelles sur des enfants par des soldats français en République centrafricaine. Il a affirmé que l'organisation internationale souhaitait s'assurer de ne pas laisser tomber les victimes, «particulièrement lorsque ces agressions sexuelles sont commises par ceux-là mêmes dont la mission est de les protéger».Un an après que l'ONU eut entendu les premiers récits d'enfants et d'adolescents sur l'offre d'eau et de nourriture par des soldats français en échange de faveurs sexuelles, aucune arrestation n'a été effectuée. Des déclarations confidentielles des hauts responsables des droits humains à l'ONU montrent qu'ils étaient distraits par des coupes budgétaires et d'autres enjeux, et n'ont pas fait le suivi sur les allégations contre les soldats français avant plus de six mois.Le porte-parole du secrétaire général des Nations unies, Stephane Dujarric, a dit mercredi aux médias que des «systèmes avaient échoué». Un communiqué de l'ONU affirme que le secrétaire général Ban Ki-moon est «profondément troublé» par les allégations et par les informations circulant sur la réponse offerte par différentes entités du vaste système onusien.L'identité du responsable de l'enquête indépendante sera annoncée dans les prochains jours. L'enquête doit se pencher sur les allégations spécifiques et sur les questions plus larges reliées à l'administration de l'ONU. M. Dujarric a affirmé qu'une synthèse des conclusions serait rendue publique.Les autorités françaises ont ouvert le mois dernier une enquête judiciaire formelle sur les cas présumés d'agressions sexuelles.Des enquêteurs de l'ONU ont entendu des récits d'agressions sexuelles de plusieurs garçons en mai et juin 2014 en République centrafricaine, où des soldats français devaient assurer la protection d'un camp de déplacés dans la capitale, Bangui.