NOUVELLES
02/06/2015 01:34 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Waterloo : la bataille en chiffres

Avec environ 188.000 hommes engagés sur quelques dizaines de km2, Waterloo fut l'une des batailles les plus importantes et les plus meurtrières de l'époque napoléonienne.

NAPOLEON CONTRE UNE COALITION EUROPEENNE

- Une coalition d'une demi-douzaine de nations, composée du Royaume-uni, d'Allemands, de Belges et de Néerlandais, sous les ordres du duc de Wellington, et de Prussiens commandés par Blücher, y affronte l'armée de Napoléon.

UNE DOUZAINE D'HEURES DE COMBATS

- Après trois jours d'affrontements au sud de cette localité proche de Bruxelles, la bataille elle-même se déroule en moins de 12 heures le 18 juin 1815, du début de l'offensive française, vers 11H30, à la nuit tombée.

LES FORCES EN PRESENCE

- L'armée napoléonienne et les troupes de Wellington ont des effectifs comparables. Certains historiens attribuent cependant une légère supériorité numérique à Wellington.

- L'armée impériale aligne plus de 86.000 hommes. Aux 74.000 fantassins s'ajoutent 12.600 cavaliers. Par ailleurs l'armée est équipée d'environ 250 canons. Considéré comme le fer de lance de cette "Armée du nord", la Garde impériale rassemble 20.000 hommes.

- L'alliance conduite par Wellington compte quelque 106.000 fantassins - Britanniques, Allemands et Néerlandais - et 12.000 cavaliers. Les artilleurs sont dotés d'environ 150 à 200 canons. Les Prussiens de Blücher sont environ 33.000.

LES PERTES

- La bataille aurait fait plus de 10.000 morts et plus de 35.000 blessés. De 3.000 à 4.000 soldats auraient succombé à leurs blessures dans les jours qui ont suivi la bataille.

Les pertes françaises ont été environ deux fois plus élevées que celles de la coalition.

Côté français, on compte environ 7.000 morts, de 18.000 à 22.000 blessés. Du côté de la coalition, le bilan est d'au moins 3.500 morts, 13.000 blessés et 3.000 hommes portés disparus.

dch/bc/alc/jh