NOUVELLES
02/06/2015 09:52 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Wall Street ouvre en baisse, les yeux braqués sur l'Europe

Wall Street a ouvert en baisse mardi, gardant les yeux braqués sur l'Europe, où l'inflation a redémarré et où des déclarations ont relancé l'espoir d'un déblocage du dossier de la dette grecque: le Dow Jones cédait 0,60% et le Nasdaq 0,65%.

Vers 13H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 108,96 points à 17.931,94 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 33,10 points à 5.049,85 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, perdait 0,57%, soit 12,14 points, à 2.099,59 points.

Lundi, la Bourse de New York avait fini la séance en petite hausse, optant pour un optimisme prudent après des indicateurs mitigés: le Dow Jones avait gagné 0,16% à 18.040,37, et le Nasdaq 0,25% à 5.082,93 points.

Désormais "le marché s'oriente à la baisse dans un climat rendu inconfortable par l'incertitude sur un accord sur la dette grecque, et sur la perspective d'une hausse des taux d'intérêt" aux Etats-Unis, ont estimé les analystes de Charles Schwab.

Durant la nuit, le marché américain avait semblé s'orienter vers une ouverture encore plus négative, à la suite de la parution des chiffres de l'inflation en zone euro, a noté Patrick O'Hare, chez Briefing.com.

"La faiblesse durant la nuit a suivi l'annonce d'une inflation plus forte que prévu en zone euro, qui est en soi une bonne nouvelle mais fait craindre que la Banque centrale européenne (BCE)" perde de son enthousiasme pour sa politique d'assouplissement quantitatif avant septembre 2016, selon lui.

Puis est venue l'annonce que la Grèce et ses créanciers échangeaient des documents de travail sur les réformes qu'Athènes doit mettre en oeuvre pour obtenir le déblocage d'un financement à court terme vital pour son économie, considérée comme "un bon signe" par la Commission européenne.

Globalement, "le marché des actions aux Etats-Unis a un comportement de toupie, qui tourne lentement et sans équilibre avec des gains un jour, des pertes le lendemain pendant qu'il s'interroge sur les valorisations, ce que pense la Fed des taux d'intérêt, la Grèce, la mauvaise performance du secteur des transports, et la mollesse de l'économie américaine, entre autres", a résumé Patrick O'Hare.

Le marché obligataire était en recul, le rendement des bons du Trésor à 30 ans progressant à 2,992% contre 2,938% lundi soir, et celui des bons à 10 ans à 2,241% contre 2,183% précédemment.

chr/jdy/are