NOUVELLES
02/06/2015 07:58 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Voici la Stratégie maritime du Québec qui devait être présentée

Le gouvernement misait beaucoup sur cette annonce, mais le décès soudain de Jacques Parizeau est venu contrecarrer ses plans de communication. La première Stratégie maritime du Québec est considérée par les libéraux comme un pilier de leur plan de relance économique. Voici un résumé de ce qui sera annoncé à une date ultérieure.

Un texte de Thomas Gerbet

avec la collaboration de Davide Gentile

Le gouvernement promet 30 000 nouveaux emplois directs et des milliards d'investissements privés d'ici 2030, grâce à une meilleure utilisation du Saint-Laurent comme levier économique.

Les faits saillants, sur quatre pages, obtenus par Radio-Canada reprennent en grande partie les promesses faites par Philippe Couillard lors de la campagne électorale, avec certains changements toutefois.

Plusieurs pôles logistiques plutôt qu'un seul

Lors de la campagne électorale, il n'était question que de la création d'un pôle logistique, à Vaudreuil-Dorion. Depuis plusieurs mois, les partis d'opposition demandent d'inclure également le site de Contrecoeur, accessible 12 mois par année et lieu d'expansion future du port de Montréal.

Un pôle logistique permet d'améliorer les liens entre les modes de transports pour passer plus facilement du navire au train ou au camion. Contrecoeur et Vaudreuil-Dorion sont bien situés vers le marché américain grâce aux axes routiers (autoroutes 20, 30 et 40) et les chemins de fer (CN, CP, CSX).

Le document gouvernemental laisse entendre que d'autres pôles logistiques pourraient voir le jour en dehors de la Montérégie. Il a déjà été question de l'arrondissement Saint-Laurent pour relier le transport maritime et aérien (Dorval et Mirabel).

Prise conscience des risques de sécurité

Neuf mois après les révélations de Radio-Canada sur l'absence de préparation face à un éventuel déversement pétrolier, le gouvernement ajoute une mesure qui n'était pas dans ses promesses de campagne. Un centre d'expertise sera créé aux Îles-de-la-Madeleine pour se spécialiser dans « la prévention, la préparation et les interventions d'urgence environnementale relativement au déversement maritime de matières dangereuses sur le Saint-Laurent ».

Le gouvernement s'engage aussi à soutenir les municipalités riveraines qui adopteront des mesures d'urgence en cas de « déversements d'hydrocarbures sur le territoire maritime du Québec ». Trois millions quatre cents milles dollars seront investis sur 5 ans pour aider « la recherche, l'acquisition de connaissances et l'élaboration d'outils ».

Protéger 10 % des aires maritimes d'ici 2020, plutôt que 2015

Québec s'engage à réserver 10 % du territoire maritime à des aires protégées, en accord avec l'engagement international de la Conférence de Nagoya. Lors de la campagne électorale, Philippe Couillard s'était engagé à le faire d'ici à 2015.

Un rapport dévoilé hier par la Société pour la nature et les parcs du Canada précisait que seuls 1,3 % des aires maritimes du Saint-Laurent sont actuellement protégées.

Renforcer la place des ports de Montréal et Québec

Le gouvernement mise beaucoup sur l'Accord de libre-échange avec l'Union européenne pour augmenter l'activité dans les deux plus grands ports de la province.

Dans le cadre de la Stratégie maritime, le gouvernement annonce également un partenariat avec le Fonds de solidarité FTQ. Une enveloppe de 300 millions (100 de Québec et 200 de la FTQ) sera réservée pour accompagner des investisseurs privés dans les pôles logistiques, notamment en Montérégie.