NOUVELLES
02/06/2015 11:29 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Soudan du Sud: le représentant de l'ONU expulsé pour avoir prédit "l'effondrement" du pays

Le gouvernement du Soudan du Sud a expulsé Toby Lanzer, coordinateur de l'aide humanitaire de l'ONU, pour avoir prédit "l'effondrement total" du pays, a déclaré mardi le porte-parole du président Salva Kiir au cours d'une conférence de presse à Juba.

La décision a été prise en Conseil des ministres "en raison des déclarations" de M. Lanzer, a expliqué Ateny Wek Ateny, le porte-parole présidentiel. "La déclaration de Toby Lanzer ne donnait pas d'espoir au peuple du Soudan du Sud, étant donné qu'il prédisait l'effondrement total" du pays, a-t-il justifié.

M. Lanzer a "eu des propos irresponsables et contre le gouvernement", a ajouté M. Wek Ateny.

En réponse à la demande du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de revenir sur cette expulsion, M. Ateny a précisé qu'il "n'était pas impossible pour le président de révoquer cette décision, c'est le Conseil des ministres qui l'a prise et c'est la prérogative du président que de la révoquer."

Lundi, les autorités sud-soudanaises avaient décidé d'expulser Toby Lanzer, sans fournir d'explication.

Dans un communiqué, le Commissaire de l'Union européenne pour l'aide humanitaire et la gestion de crise, Christos Stylianides, a "condamné vigoureusement" la décision du gouvernement sud-soudanais. "Le moment choisi (...) n'est pas acceptable. M. Lanzer a travaillé sans relâche pour répondre aux besoins humanitaires et assurer la protection des populations civiles", a fustigé Stylianides, pour qui l'aide internationale coordonnée par M. Lanzer faisait "une différence cruciale" dans le pays.

James Duddridge, le ministre britannique chargé de l'Afrique, a lui aussi condamné le renvoi de Toby Lanzer, au vu de "la situation humanitaire désespérante" dans laquelle se trouve aujourd'hui le Soudan du Sud.

La crise humanitaire dans ce pays est l'une des plus grave que doit gérer l'ONU, avec près de 2,5 millions de personnes qui manquent de nourriture. Plus de 120.000 Sud-Soudanais ont trouvé refuge dans des camps des casques bleus des Nations unies pour échapper aux combats entre forces gouvernementales et rebelles, et aux nombreuses violences qui visent les populations civiles.

mda/hba/djb