NOUVELLES
02/06/2015 11:50 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Rwanda: RSF dénonce une "censure" planifiée

L'ONG de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé mardi une "grave et constante détérioration de la liberté de l'information" et une "censure" au Rwanda après la décision du gouvernement de suspendre "indéfiniment" les programmes en langue locale de la BBC.

L'autorité de régulation des médias au Rwanda (RURA), une instance étatique, avait annoncé vendredi cette suspension en réponse à la diffusion en octobre sur la chaîne BBC 2 d'un documentaire controversé sur le génocide de 1994.

"Cette décision ne fait que confirmer la grave et constante détérioration de la liberté de l'information au Rwanda", a déclaré Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique de RSF citée dans le communiqué.

"Alors que les médias indépendants ont été réduits comme peau de chagrin, il semblerait que le gouvernement rwandais s'attaque maintenant aux médias internationaux, en se dotant d'outils spécifiques pour légaliser la censure", a-t-elle accusé.

Intitulé "L'Histoire jamais contée du Rwanda", ce documentaire multipliait les critiques contre le président Paul Kagame, généralement crédité de la remise sur pied de son pays, exsangue au sortir des massacres. Il lui attribuait surtout la responsabilité de l'attentat contre l'avion du président Hutu du Rwanda, Juvénal Habyarimana, qui avait marqué le début du génocide.

La RURA a jugé que ce documentaire violait les lois contre "le révisionnisme du génocide", et incitait à la haine et la division entre les Rwandais.

Selon RSF, cette décision s'inscrit dans le cadre plus large d'un "climat de rétrécissement de l'espace médiatique rwandais". RSF cite le cas de Fred Muvunyi, l'ancien président de la Commission d'autorégulation des médias (RMC), une instance indépendante qui s'était opposé au blocage en octobre des programmes de la BBC, qui a démissionné et fui le pays en mai.

"Pour nous, à la RMC, ces programmes de radio de la BBC n'avaient rien à voir avec les reportages de la télévision britannique diffusés depuis Londres. Nous avons donc protesté contre la procédure de cette suspension. Certaines personnes du gouvernement n'ont pas apprécié et nous avons reçu des menaces et des intimidations", explique Fred Muvunyi, cité dans le communiqué. Selon RSF, les menaces à l'égard de M. Muvunyi ont continué lorsqu'il s'est opposé à un projet d'arrêté du Premier ministre limitant les responsabilité de la RMC au profit de la RURA.

"Difficile pour certains observateurs de la vie politique rwandaise de ne pas voir dans cette restriction planifiée de l'espace médiatique, une mise en condition en vue de l'élection présidentielle prévue en 2017, et de la révision probable de la Constitution afin de permettre au président Kagame de briguer un troisième mandat", estime RSF.

Dans son classement mondial de la liberté de la presse 2014, RSF classe le Rwanda à la 161e place, sur 180 pays.

sa/hba/djb