NOUVELLES
02/06/2015 11:43 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Pensionnats autochtones: des excuses du pape réclamées

OTTAWA - Les Premières Nations exigent des excuses officielles du pape François pour les mauvais traitements qu'ont subis les écoliers autochtones dans le système des pensionnats.Cette requête figure parmi les 94 «appels à l'action» formulés par la Commission de vérité et réconciliation (CVR) dans un rapport très attendu qui a été dévoilé mardi, après environ six années de travaux.«Nous demandons au pape de présenter, au nom de l'Église catholique romaine, des excuses aux survivants, à leurs familles ainsi qu'aux collectivités concernées pour les mauvais traitements sur les plans spirituel, culturel, émotionnel, physique et sexuel que les enfants des Premières Nations, des Inuits et des Métis ont subis dans les pensionnats dirigés par l'Église catholique», dit la CVR.Et le Saint-Père devrait le faire ici même, au Canada, d'ici un an, précise-t-on dans le document.La Commission demande que ces excuses «soient semblables à celles faites en 2010 aux Irlandais qui avaient été victimes de mauvais traitements» de la part du clergé irlandais.Cette requête survient à quelques jours d'une visite du premier ministre Stephen Harper au Vatican.Il reste à savoir si le sujet sera abordé lors de son audience avec le pape François, le 10 juin prochain — le bureau du chef conservateur ne l'a pas précisé, mardi.Mais M. Harper a lui-même présenté en 2008 «des excuses historiques aux anciens élèves des pensionnats au nom de tous les Canadiens», a rappelé son attachée de presse, Catherine Loubier.Il assistera en outre aux activités de clôture de la CVR, mercredi, «afin de souligner notre engagement à l'égard de la réconciliation et des mesures visant à guérir les séquelles laissées par le système de pensionnats au Canada», a-t-elle ajouté.Selon le rapport de la Commission de vérité et de réconciliation, rien de moins qu'un «génocide culturel» serait survenu dans les pensionnats autochtones du Canada pendant plus de cent ans.