NOUVELLES
02/06/2015 11:00 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

« Parizeau avait autant de plaisir à parler à des poètes qu'à parler d'économie »

Un des rares hommes politiques à avoir cumuler à la fois les fonctions de premier ministre du Québec et de ministre de la Culture, Jacques Parizeau a entretenu au cours de sa carrière des liens étroits avec le monde culturel.

Plusieurs artistes ont réagi mardi au décès de l'ancien premier ministre. L'auteure et poète Denise Boucher se rappelle d'un homme qui se faisait un devoir de lire, d'écouter et de regarder les oeuvres québécoises.

« Il lisait [Gérald] Godin, il lisait la littérature québécoise. C'était un homme de grande culture et il avait autant de plaisir à parler à des poètes qu'à parler d'économie. »

L'auteure de la pièce Les fées ont soif se rappelle d'une discussion avec Jacques Parizeau au cours de laquelle celui-ci avait fait preuve d'une écoute à l'égard des créateurs peu commune dans la classe politique.

Lorraine Pintal, directrice générale du Théâtre du Nouveau Monde (TNM) à Montréal et candidate pour le Parti québécois dans la circonscription de Verdun lors des élections provinciales d'avril 2014, se souvient quant à elle de l'affection particulière de Jacques Parizeau pour les dramaturges classiques.

« Quand j'ai monté Andromaque, de Racine, il était venu à une des représentations. L'alexandrin était pour lui l'expression ultime. J'ai découvert à cette époque un homme à la pensée étonnante et remarquable, un cerveau d'exception. Il faisait des liens entre la politique, le social, le communautaire et la culture. Il avait une vision très globale de l'évolution d'une société. »

Membre du Conseil d'administration du TNM de 1986 à 1988 et spectateur régulier, Jacques Parizeau avait octroyé une aide financière à l'institution alors qu'il cumulait les fonctions de premier ministre et de ministre de la Culture et des Communications. Cette double fonction n'était pas passée inaperçue dans le monde culturel.

Victor-Lévy Beaulieu en deuil

L'auteur et polémiste Victor-Lévy Beaulieu considère Jacques Parizeau comme l'un des deux politiciens, avec Camille Laurin, les plus importants de l'histoire contemporaine du Québec.

Le dramaturge dit être en deuil d'un grand bâtisseur qui détenait une rare qualité chez les politiciens qu'il nomme la « volonté de puissance ».

« Il a amené la modernité au Québec, tu ne fais pas ça quand tu n'as pas une vision globale et cette volonté de s'y engager totalement, c'est ça la volonté de puissance. »

Ils ont également réagi :