NOUVELLES
02/06/2015 15:32 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Opep: Le Venezuela cherche des alliés hors-Opep pour stabiliser les cours

Le Venezuela cherche des soutiens en dehors de l'Organisation des pays exportateurs de Pétrole (Opep) afin de stabiliser les cours, selon un communiqué, mais sans évoquer une éventuelle baisse des objectifs de production de l'Opep.

Selon le texte du communiqué obtenu par l'AFP, le gouvernement vénézuélien propose "de mettre en place un groupe de travail entre membres de l'Opep et producteurs hors-cartel afin de surveiller le marché". L'objectif de ce groupe technique serait de "générer des recommandations pour renforcer l'efficacité du processus de décision des pays producteurs".

Le défi est de comprendre parfaitement les fondamentaux du marché et d'être capable d'anticiper les événements qui pourraient le déstabiliser, selon le document.

Le Venezuela et d'autres pays fortement dépendants des revenus pétroliers comme l'Algérie et la Libye, ont milité en faveur d'une réduction des quotas afin de soutenir les prix, mais le communiqué n'en fait pas état.

Les cours du pétrole ont perdu 60% entre juin 2014 et janvier 2015, et la décision du cartel de ne pas baisser ses quotas pour enrayer la dégringolade des prix en novembre dernier avait porté un sévère coup au marché.

Mais une réduction des objectifs de production de l'Opep semble pour le moment peu probable, l'Arabie saoudite, chef de file du cartel, le Koweït, le Qatar et les Émirats Arabes Unis, souhaitant poursuivre leur stratégie de défense de leurs parts de marché.

Il y a six mois, l'Opep avait laissé son objectif de production inchangé afin de modérer la croissance de la production des pays hors-Opep et de stimuler la demande.

Mais même si les cours ont amorcé un rebond en février et que l'or noir s'échange actuellement autour des 60 dollars le baril, les prix restent toujours bien en dessous de leurs niveaux de 2014, lorsque le Brent avait atteint à la mi-juin les 115 dollars le baril et le WTI s'échangeait autour 108 dollars.

Ces derniers mois, des discussions ont par ailleurs eu lieu entre des pays de l'Opep et hors Opep, comme la Russie et le Mexique, pour tenter d'alléger le fardeau des coupes qui reposerait sur le cartel seul.

Mais aucune volonté de coopération de la part des producteurs hors Opep n'a réellement émergé. D'ailleurs le Mexique cherche plutôt à attirer les capitaux étrangers dans le cadre de sa réforme énergétique.

avl-cv/gg